Jour de la Terre : une tonne d’idées pour faire mieux en cuisine !

Guide d'achat

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur pinterest

Le Jour de la Terre est une journée pour se rappeler qu’il faut toujours, mais toujours chercher à faire mieux pour protéger notre belle planète. Ça ne devrait jamais être là pour faire la morale, mais plus pour s’inspirer à devenir de plus en plus écoresponsable.

Puis on va se le dire, il y a beaucoup de recherches et d’avancement qui nous permet d’intégrer au fil du temps des gestes au quotidien. Il faut s’ouvrir, écouter, appliquer et s’améliorer. J’ai donc décidé de vous donner quelques idées de chose à changer en cuisine pour un avenir meilleur pour notre belle jeunesse.

La gastronomie des Îles-de-la-Madeleine Cinq Fourchettes
Photo prise sur un bateau de pêcheurs d’homard lors de ma visite aux Iles-de-la-Madeleine

La provenance des aliments

Bon, je te mentirais si je te disais que je suis végane ou que j’ai l’intention de le devenir. Par contre, je tends à intégrer plus d’aliments de source végétale dans mes repas. Je pourrais facilement dire que la moitié de mes repas sont végétariens sans même faire d’effort. J’essaie ici et là de choisir des aliments de remplacement et je teste continuellement en cuisine pour voir ce qui serait le mieux pour ma petite famille.

Une chose est certaine, j’essaie de plus en plus de choisir des protéines animales provenant d’entreprises locales et responsables. En diminuant la distance parcourue par cette dernière pour se rendre à l’épicerie, je contribue à ma façon à réduire mon empreinte carbone. J’ai aussi la chance maintenant d’avoir une charmante boucherie à deux pas de la maison qui encourage beaucoup les entreprises d’ici. J’y vais donc régulièrement en marchant (c’est genre 2 minutes max de marche LOL). J’évite donc de prendre la voiture et j’encourage à la fois un petit marchand qui lui met l’emphase sur des producteurs québécois. DEUX POUR UN.

 

Manger de saison

Bon, ça, je le fais depuis longtemps. Je ne mange pas de fraises en hiver sauf si j’ai accès à des produits de serre du QC. Je profite des légumes et fruits de saison. Je fais des conserves au besoin ou je congèle lorsque je veux en manger hors saison. C’est d’ailleurs l’un de mes petits drames depuis que je suis en condo, je suis limitée en espace pour « engranger » et ça me brise le cœur. En même temps, ça m’évite d’oublier des aliments dans le fond du gros congélateur et de faire du même coup du gaspillage.

Gaspillage

Parlant de gaspillage, j’ai en horreur de jeter de la nourriture. Au moins une fois par mois, je ne fais pas d’épicerie et je vide mon frigo. Je réinvente et je m’amuse avec ce qui se trouve au frigo et dans le congélo. Pour ceux qui me suivent sur Instagram, vous en avez été témoin souvent lorsque je documente mes ménages de réfrigérateur. C’est une belle façon de laisser aller son imagination et d’économiser au passage. Je te montre comment faire, juste ici .

Deux fois par année, je vide aussi le garde-manger et je sors tout ce qui est sur le point de périmer.  Je m’assure de les cuisiner rapidement. Ça me permet un ménage dans mon inventaire. Si par malheur, j’ai trop acheté de nourriture et je risque trop de la gaspiller, j’offre les repas à des amis ! Ça met du bonheur autour de moi et ça évite de jeter le tout.

Voici un reportage troublant sur le gaspillage alimentaire au Canada qui, selon l’ONU, est le pays qui gaspille le plus en Amérique du Nord. On n’a pas de quoi s’en vanter. À lire, juste ici !

Tout utiliser

J’essaie de tout réutiliser lorsque je cuisine un aliment. Les pieds de brocoli, les pelures d’oignon, les tiges de fines herbes et les pelures de carotte sont conservés au congélateur pour faire un bouillon maison. Je réutilise aussi souvent mes pains rancis pour en faire de la chapelure, des croûtons et même des biscuits (voir la recette ici).

4 trucs infaillibles pour rentabiliser votre épicerie / Cinq Fourchettes

À l’épicerie

Je boude les sacs plastiques lorsque je vais à l’épicerie. J’ai des sacs filets depuis des années dans ma voiture que je prends pour mes fruits et légumes. J’apporte mes sacs recyclables. Si par malheur, je les oublie, je prends les choses dans mes mains sinon je demande des sacs en papier que je réutilise pour emballer des cadeaux ou pour recueillir mon recyclage.

Je refuse toujours qu’on emballe ma viande dans des sacs plastiques. J’ai un sac en tissu dédié doublé d’une pellicule protectrice que je lave après chaque utilisation. Donc, s’il y a dégât de jus de viande, je n’ai qu’à le nettoyer.

Plats réutilisables

Je garde presque tous les pots de vitre et je les réutilise pour mes marinades maison ou pour ranger des trucs au frigo ou dans la maison. Je n’utilise presque pas de sac Ziploc à part pour ma salade coupée, mais je lave le sac et je le réutilise. Je me sers aussi des sacs de lait lavés pour ma congélation de viande sous vide. Ma fille adore aussi utiliser les pochettes en tissu lavable. Il en existe de toutes les couleurs et motifs. C’est super pratique et ça se lave vraiment bien.

Il y a une superbe initiative de la part des fonds Éco IGA encore cette année. Vous pouvez vous procurer une belle trousse écolo d’une valeur de 80$ pour 30$ seulement. Tous des produits d’ici qui vous aideront dans votre cheminement vers un mode de vie plus écologique. Profitez-en aussi pour parler aux “agents de sensibilisation” du 15 mai au 21 août 2021 dans les magasins participants pour plus de trucs et astuces. Une belle initiative qu’il était difficile de passer sous silence.

Pour réserver une trousse, c’est par ici :  https://jourdelaterre.org/qc/tous-les-jours/programmes/distribution-d-articles-ecologiques/

Épicerie en vrac

Je me sers également des pots de vitre pour aller acheter des aliments en vrac. J’en ai un à deux pas de chez nous. J’en ai aussi découvert un à Laprairie qui est fantastique. La boutique Refill & Co est vraiment fabuleuse. J’y ai même acheté du shampoing en barre lors de mon dernier passage. Un giga mais giga coup de coeur pour l’endroit. Je ne fais par contre pas de détour pour y aller puisque c’est quand même un 20 minutes de voiture juste pour s’y rendre. Ce n’est pas très cohérent. Mais lorsque j’irai voir ma belle amie, je vais prévoir le coup et arrêter au passage. Ça demande plus d’organisation, mais c’est amplement faisable.

Pellicule plastique

Je n’utilise plus de Saran Wrap. Je suis d’ailleurs pris avec un rouleau qui prend la poussière dans le fond de mon tiroir. Je me suis plutôt procuré des couvre-plats en tissu (charlotte) et J’ADORE ! Mon amie Anne m’a d’ailleurs fait l’immense honneur de monter un bel article sur le sujet si jamais ça te dit de les fabriquer toi-même.

Pour savoir comment fabriquer des charlottes, c’est ici : DIY couvre-plats

Composter

Je compostais avant, car j’avais un composteur dans ma cour. J’ai d’ailleurs hâte que la ville nous donne nos bacs bruns pour que l’on puisse composter aussi au condo. Je trouve personnellement que la ville de Longueuil est particulièrement lente pour le virage vert. C’est si facile de composter qu’on serait fou de s’en passer.

Il y a d’ailleurs des aliments qu’on peut réutiliser au lieu de les composter. Le meilleur exemple ? Le marc de café. Je te donne plein de trucs juste ici !

Prendre soin de ses choses

J’ai aussi opté pour me procurer des outils de cuisine de qualité qui durent dans le temps et j’en prends vraiment soin. C’est aussi ça être écolo. Évitez ce qui est de mauvaise qualité pour ne pas que ça se retrouve aux vidanges rapidement. Ça demande plus de sous sur le coup, mais à long terme, on est toujours gagnant. Un bon couteau, un bon malaxeur ou une bonne planche à découper, c’est toujours gagnant. Je te montre ici comment bien prendre soin de tes planches de bois.

Nettoyer la cuisine et faire la vaisselle

Utiliser des savons écolos en vrac. Personnellement, j’adore le savon à vaisselle de chez Attitude Living dans son format en vrac. Je remplis donc ma bouteille au besoin et j’évite d’envoyer des bouteilles plastiques au recyclage.

J’adore aussi mon essuie-tout de la marque KLIIN qui est lavable et réutilisable. C’est un impératif dans une maison. Je vise maintenant à trouver une alternative à mes éponges à récurer jetables. Pour l’instant, rien ne m’a satisfait.

Une autre chose qui semble bien simple, mais qui parfois est oublié chez moi, fermer l’eau quand je lave les comptoirs. J’ai la mini tendance à la laisser couler pour rincer ma guenille. Ma fille me chicane à chaque fois. D’ailleurs, même si c’est chiant de se faire sermonner par ses enfants, n’oubliez pas qu’ils sont plus alertes que nous en matière d’environnement et qu’ils sont aussi là pour nous aider à évoluer.

Jardiner

En plus d’être bon pour la santé mentale, jardiner c’est aussi bon pour le bedon et l’environnement. Cette année, ce sera un petit potager de balcon que je me ferai. Bien différent de l’immense potager que j’avais dans la maison, mais ça sera tout aussi bien. Dites-vous que tout ce que vous faites pousser vous-même ne voyagera pas en camion et ne sera pas emballé dans des contenants de plastique. En plus d’être frais à souhait, vous aurez la satisfaction de l’avoir fait pousser.

L’hiver, profitez des jardins intérieurs pour avoir des herbes et des pousses fraiches. Perso, je capote sur mon Novagrow. Il est présentement en prévente avant son lancement et je te le conseille fortement ! Va faire un tour ici pour en savoir plus  !

 (Groupe CNW/Tim Hortons)

Petit ajout de dernière minute :

Tim Hortons annonce qu’ils élimineront 1 milliard d’emballage plastique à usage unique de son réseau de restaurant d’ici la fin de 2021. Bravo pour le bel engagement !

 

 

 

Publié le 22 avril 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *