Croûton de pain et sa confiture d’oignon à l’érable gratiné au St-Paulin

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur pinterest
Nombre de portion : 6

Temps de préparation:

15 min

Temps de cuisson:

25 min

Temps de repos:

Degré de difficulté: Facile
Congélation: Non

Ingrédients

  • 2 gros oignons rouges
  • 1/4 de tasse de beurre salé
  • 1/3 de tasse de vinaigre balsamique blanc ou rouge
  • 1/2 tasse de sirop d’érable
  • 1 pain baguette
  • 1 tasse de fromage Saint-Paulin, râpé

Préparation

  1. Couper les oignons en fines rondelles.
  2. Faire fondre le beurre dans une poêle et y ajouter les oignons.
  3. Faire cuire jusqu’à ce qu’ils soient transparents (environ 5 minutes à feu moyen).
  4. Déglacer au vinaigre. Quand le vinaigre est évaporé, ajouter le sirop d’érable. Bien mélanger.
  5. Recouvrir et laisser mijoter une dizaine de minutes ou jusqu’à ce que les oignons aient une texture de confiture.
  6. Couper le pain en tranches. Arroser d’huile d’olive. Faire cuire quelques minutes à 350F dans le four. Quand les pains commencent à dorer, sortir du four.
  7. Ajouter sur les pains, une cuillère de confit d’oignon et garnir d’une de fromage.
  8. Passer sous le grill jusqu’à ce que le fromage bouillonne.

Ce croûton de pain et sa confiture d’oignon à l’érable gratiné est un vieux classique que je sors de mon tiroir de la mémoire de temps à autre et chaque fois, ça fait fureur. Pourtant, c’est désarmant de simplicité.

Mon souvenir le plus loufoque rattaché à cette recette est sans aucun doute quand j’ai fait goûter ça au Français de mari de ma cousine Karine.

Il me regardait faire avec son air très très sceptique. Il a goûté du bout des lèvres, en prenant bien garde de prendre le plus petit morceau de la gang, de vérifier à combien de pas se trouvait la toilette la plus proche (pour recracher le tout…) et en cherchant une excuse bidon à me refiler pour expliquer son dédain de la chose (genre : je suis super allergique aux oignons et je n’ai pas mon Épipen avec moi).

Mais contre toutes attentes, Laurent a hurlé dans l’appart parisien : « Non, mais c’est une tuerie ! » Sur le coup, je n’étais pas certaine. Pensait-il que je voulais l’assassiner avec mon amuse-gueule lui ? 

Karine s’est montrée rassurante. Au contraire, il adorait ça. Vraiment. Il a tout mangé le plateau ! Depuis, chaque fois que je popote un confit d’oignons, je pense, à Laurent. Faudrait que je lui en fasse et que je lui envoie par courrier. Il serait ravi !

 

 
Publié le 5 mai 2009

2 réponses

  1. Excellent Geneviève !!! J ai servie ça dimanche a ma gang de jeune et ça a fait l unanimité !!! Facile en plus, ce qui n est pas a négligé… Alors amène toi mon Laurent, et tu va manger ça a chaque invitation que tu auras au québec ! Hi Hi
    Nathalie qui adore tes blogs !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *