Pâtes au poulet, pesto et tomates

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur pinterest
Pâtes au poulet, pesto et tomates - Cinq Fourchettes
Nombre de portion : 4

Temps de préparation:

10 min

Temps de cuisson:

30 min

Temps de repos:

Degré de difficulté: Facile
Congélation: Non

Ingrédients

  • 2 tasses de poitrine de poulet en cubes cuits
  • 2 tasses de penne ou de spring cuits
  • 1/2 tasse de tomates coupées en dés
  • 1/2 tasse de poivrons coupés en dés
  • 1 boîte de conserve de crème de céleri
  • 3/4 tasse d’eau
  • 1/3 tasse de pesto
  • 3 c. à soupe de chapelure
  • 1 c. à soupe de beurre fondu

Préparation

  1. Préchauffer le four à 350 F. Mélanger le poulet, les pâtes, les tomates et le poivron. Déposer le mélange dans un plat de pyrex de 8 pouces.
  2. Mélanger ensemble la crème de céleri, l’eau et le pesto. Ajouter aux pâtes et bien mélanger.
  3. Mélanger la chapelure et le beurre. Égrainer sur le dessus des pâtes.
  4. Enfourner et cuire une trentaine de minutes.
Pâtes au poulet, pesto et tomates - Cinq Fourchettes

Dans une autre vie, j’avais la crainte des chaudrons. On ne retrouvait qu’un seul bouquin de recettes dans la bibliothèque. Et à peu près toujours les mêmes trucs se retrouvaient dans nos assiettes : pâtes Lipton, spaghat-sauce-Catelli, pâté chinois. Rien de très compliqué. Seulement que du cheap -budget étudiant oblige-.

En toute confidence, je pense que c’est Clodine qui m’a enlevé ma peur d’être poche devant les fourneaux. En fait, pas tant elle que son acolyte des premières heures, Ricardo.

Me suis mise à acheter ses magasines et à tester des patentes. Des trucs easy-going tout le temps avec pas trop d’ingrédients compliqués (“Hein? Du piment d’Espelette? De kessé?”) et surtout pas trop d’étapes. Aussi, j’étais beaucoup plus tentée de faire des desserts que des repas équilibrés (faut dire que j’étais enceinte jusqu’aux yeux!).

Mais n’empêche que c’est comme ça, tranquillement, que j’ai appris à me faire confiance. Ma première recette nouvelle ère fut des pilons de poulet marinés aux herbes. L’homme de l’époque a adoré. Gonflée de fierté, j’ai essayé autre chose. Et autre chose.

Et vous connaissez la suite.

De cette époque, de cet appartement très moyen (je n’avais même pas de porte devant le garde-manger; j’avais mis un rideau pour cacher l’absence de nourriture!), je me rappelle que souvent les étiquettes de soupe Campbell me permettaient de remplir mon bedon de d’autre chose que des nouilles Ramens.

J’ai repensé à cette époque la semaine dernière quand je suis passée devant la section des soupes en boîtes à l’épicerie. J’ai eu envie de faire un petit bond en arrière. De revenir à ces moments où j’angoissais quand je lisais qu’il fallait mettre du pesto dans une recette (“Maman!! C’est quoi du pesto??”).

Publié le 25 octobre 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *