Les côtes levées du resto… à la maison!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur pinterest
Les côtes levées du resto… à la maison! Cinq Fourchettes
Nombre de portion : 4

Temps de préparation:

3h
30 min

Temps de cuisson:

2h
30 min

Temps de repos:

24h
Degré de difficulté: Moyen
Congélation: Non

Ingrédients

Marinade

  • 1,5 kg de côtes levées
  • 1 tasse de ketchup
  • ¼ tasse de mélasse
  • ¼ tasse de vinaigre ordinaire
  • ½ c. à thé de sel
  • ¼ c. à thé de poivre
  • ¼ c. à thé de poudre d’ail
  • ¼ c. à thé de poudre d’oignon
  • 2 c. à soupe de cassonade
  • 2 c. à soupe de sirop de maïs
  • 2 c. à thé de fumée liquide

Pour la cuisson

  • 2 oignons coupés en gros quartiers
  • 1 c. à soupe de fumée liquide
  • ½ c. à thé de sel
  • ¼ c. à thé de poivre

Préparation

  1. Enlever la membrane blanche derrières les côtes levées (elles seront plus tendres).  Mettre la viande dans un chaudron et couvrir d’eau. Ajouter les oignons, le sel, le poivre et la fumée liquide. Porter à ébullition. Baisser le feu à moyen et laisser mijoter 45-60 minutes. Pendant ce temps, mélanger tous les ingrédients de la marinade.Une fois la cuisson des côtes terminée,
    bien éponger la viande et les mettre dans un plat. Recouvrir de marinade (en prenant soin de conserver environ 1/3 tasse de marinade à côté). Laisser mariner au frigo de 12 à 24 heures.
  2. Préchauffer le four à 350F. Mettre les côtes sur une plaque à biscuits et les recouvrir de papier d’aluminium. Faire cuire pendant 2h30. En cours de cuisson, badigeonner à quelques reprises les côtes avec la marinade restante. Enlever le papier pour les 3o dernières minutes. Puis, passer sous le grill pendant 4-5 minutes.
  3. Mangez avec une bonne salade de chou et… des frites bien sûr! N’oubliez pas de laisser du pourboire à la cuisinière! 😉
Les côtes levées du resto… à la maison! Cinq Fourchettes

Ah  je vous jure que si  l’argent poussait dans les arbres, les restos de la ville recevraient bien plus souvent notre visite. Non,  mais c’est le bonheur pareil pour une mère : pas de stress en cuisine, pas de chicane de « Je ne veux pas manger ça! », pas de vaisselle, pas de ménage. Le bébé échappe son verre de lait sur la table? Pas de trouble, le serveur accourt pour ramasser la gaffe sans que tu n’aies à lever le petit doigt.

La plus grande a envie d’avaler un steak alors que la middle one rêve d’un mac n’ cheese? Pas grave. C’est le problème du cuisinier ça. Tu as envie de lire le journal tranquille? Pas de trouble : envoie tes kids dans la salle de jeux et savoure ce moment béni.

Le bonheur sale

Le seul défaut que je trouve aux restos, c’est la facture. L’idéal, ce serait qu’on saute cette étape. Mais bon, je ne connais pas beaucoup de proprios de restaurants qui soient d’accord avec ma suggestion.  Dommage parce que sinon, ce serait vraiment, mais vraiment parfait.

Alors comme ça n’adonne pas que nous soupions tous les soirs au resto, je m’amuse à copier les grands chefs. À tenter de refaire exactement ce qu’ils servent dans leurs assiettes. C’est bien sûr que plus souvent qu’autrement, ils sont vraiment meilleurs que moi, mais mes ouailles n’y voient que du feu!

Cette semaine, je me suis donc prise pour le chef du Bâton rouge et j’ai mis des côtes levées au menu de la smala. J’ai tenté de reproduire leur fameuse recette en glanant des recettes ici et là sur les internet. Je pense que j’ai réussi popire la patente.

Publié le 1 août 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *