Mon amour pour le café décuplé grâce à ma JURA S8

Art de la table

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur pinterest

Je vous parle souvent de café sur Cinq Fourchettes. C’est assez rigolo pour ceux qui me connaissent depuis longtemps, car, si l’on remonte à plusieurs années, le café me rebutait. J’ai, lentement mais surement, appris à aimer le café. Au début, ce sont des cafés très sucrés et glacés offerts dans les chaines de restauration rapide qui faisaient mon bonheur. La suite a été une série de percolateurs, de cafetière à capsule bas de gamme et haut de gamme qui sont entrés chez moi pour finir, aujourd’hui, par accueillir une belle JURA S8. Te dire ma fourchette comment je la reluquais depuis quelques mois.

À force de boire des cafés, plus raffinés, dans petits cafés italiens montréalais, j’ai développé mon palais et le café est rendu une partie importante de ma journée. Pourtant, il n’y a pas si longtemps, quand j’allais au resto puis qu’on me demandait quelle sorte de café je voulais, je répondais : « ben du café là » n’ayant aucune idée de ce qui s’offrait à moi.

Vous dire à quel point ça a beaucoup changé depuis. Je me suis même surprise récemment à boire des espressos avec un plaisir assumé voire même avec une petite jouissance gustative. Personne n’aurait cru ça de moi avant tellement je pestais devant la chose.

Je pense que c’est comme n’importe quoi en cuisine, plus on est amené à goûter et à découvrir, plus notre raffinement culinaire augmente. Par contre, ce n’est pas parce que ton voisin a le cœur qui lève sur un café filtre que tu dois bouder ton plaisir. NON et NON. Ma fourchette, tout ce qui entre dans ton corps te regarde et personne ne devrait te faire sentir coupable d’éprouver du plaisir avec un aliment ou un breuvage. Personne. J’éprouve encore du plaisir à me commander un café glacé de temps à autre. Je ne boude pas mon plaisir quand il s’agit d’acheter de la restauration rapide. Chacun ses goûts et il faut absolument respecter ça ! Alors ça se peut que la JURA ne soit pas pour toi et c’est bien ok !

Moi, par contre, je dois dire que depuis que j’ai la JURA, je suis aux anges. Comme je ne vais plus dans les petits cafés pour travailler, je peux me permettre des cafés hors du commun chez moi, en pyjama. JE CAPOTE. Elle est à la hauteur et même plus de ce que mes amis, proprio de cette belle bête, m’en ont dit.

SI je pouvais te mettre des extraits sonores de mes convos au téléphone avec mon entourage quand je parle de ma JURA, tu comprendrais l’amour que je porte à cette machine. Je pense que si je pouvais dormir avec, elle aurait sa place du côté gauche de mon lit.  Mais en attendant de lui prêter un oreiller (ça n’arrivera pas, inquiétez-vous pas), voici les 1000 et une raison de mon amour pour cette belle machine suisse.

Facilité (« User friendly »)

J’ai longtemps hésité entre la JURA et la LELIT qui est plus manuelle. Mais je me suis bien vite rendu compte que je suis quelque peu impatiente quand il s’agit de faire mon café et que la facilité a toujours été un impératif pour moi dans ce dossier. D’où mes nombreuses cafetières à capsules que j’ai mises à l’épreuve au cours des dernières années.

La LELIT qui est totalement manuelle ne me convenait donc pas. La JURA par contre avec ses programmes et son écran tactile me permettant de choisir du bout des doigts le café de mon choix (12 choix préétablis), était toute prédestinée pour moi. Même ma fille a son café personnalisé sur le tableau de bord. Puis quand je dis “personnalisé”, c’est que nous avons choisi ensemble la composition de son café soit la force du café, les proportions de café et de lait ainsi que la mousse ou lait chaud à y intégrer. Tout, mais tout peut être déterminé par quelques mouvements de doigts sur un écran. Si tu peux jouer du doigté sur une tablette ou ton téléphone intelligent, tu as toutes les compétences pour t’amuser sur la JURA sans trop de difficulté.

Si tu achètes en plus le petit bidule “Smart Connect” rendant ta machine Bluetooth, tu peux même via l’application de la JURA faire ses modifications et partir ton infusion bien assise dans ton salon sur ta tablette. Bon, on doit prévoir une tasse en dessous des buses pour recevoir le café, car elle a beau être formidable, elle ne sort pas la vaisselle de ton armoire. Donc, on ne se fera pas d’histoire, va falloir que tu te lèves malgré tout pour aller le chercher. Alors, même si je trouve l’option vraiment cool, c’est une option qui n’est pas essentielle pour le commun des mortels. Personnellement, mon niveau de paresse ne va pas jusque-là.

Économie/Écologie

Il est clair que de choisir une machine à café qui moud le café est beaucoup plus économique que d’avoir des capsules. Ma cafetière à capsules me coûte en moyenne 1$ par café. Comme je suis une bonne consommatrice, ma facture monte bien vite. Pour faire un comparatif, si je bois 3 cafés par jour pendant 21 jours, ma facture de capsules monte à 63$ plus tx. J’ai passé un sac de grains de 454 grammes de café TOUCHÉ en 3 semaines qui se vend autour de 19$ plus tx. La différence en coût est frappante. Alors dans mon cas, clairement, le café en grain est beaucoup moins coûteux pour mon type de consommation.

Un autre avantage du café en grain c’est aussi la conservation des saveurs. Il faut savoir que dès que le grain est concassé, il y aura perte de saveurs et de qualité. Même si on le conserve dans un contenant hermétique, le café aura déjà été en contact avec l’air et commencera à se détériorer. Dans le cas de la JURA, les grains de café sont moulus à la tasse donc on obtient le meilleur de ce dernier chaque fois.

Il est clair aussi qu’en n’utilisant pas de capsules, c’est plus écologique. Il y aussi dans les Jura un mode économique qui permet d’utiliser quasiment zéro électricité lorsque l’appareil est allumé, mais au repos. C’est important à prendre en considération, car lorsqu’on parle d’environnement, il faut aussi prendre la consommation d’électricité en compte pour savoir comment elle se classe.

Personnellement, je récupère aussi une partie du marc de café pour me faire des “scrubs” maison. J’adore son effet exfoliant. Je m’en sers aussi pour frotter mes mains après avoir coupé des aliments qui sentent fort. C’est aussi, en passant, un bel engrais pour nos plantes. Comme la JURA produit des espèces de rondelles très sèches de marc de café et qui n’entrent en contact qu’avec de l’eau très chaude, c’est vraiment super à utiliser et très hygiénique.

 

La durabilité

La machine est réputée pour nécessiter peu de réparation au travers des années. Elle est faite de matériaux haut de gamme qui sauront résister à l’usure. Plusieurs de mes amis l’ont depuis plusieurs années et sont enchantés par la fiabilité de la chose. Évidemment, je ne peux émettre une expérience personnelle sur la chose puisque je teste ma JURA depuis seulement 3 semaines.  Donc, il serait très difficile d’émettre une opinion sur le sujet.  Je vais donc m’abstenir et au pire, éditer le texte en cours de route de mon expérience.

Nettoyage

J’avais un peu peur de la tâche de nettoyage du système de lait ou du détartrage de la JURA. Ça ne me tentait pas tant de passer trop d’heures là-dessus autant que ça ne m’enchante pas de devoir avoir un diplôme en nettoyage pour m’assurer de la pérennité de la cafetière.

Surprise, la machine te dit quoi faire. Tu n’as donc qu’à suivre les instructions pas à pas. Dans le cas du lait, c’est un processus de 2 étapes qui consistent à brancher le petit tuyau d’alimentation du lait à un petit bac rempli d’eau et de solution nettoyante JURA.

Tu as l’option d’appuyer « laver plus tard » ou « immédiatement ». Tu peux donc attendre à la fin de la journée pour le faire. Je ne te le conseille pas cette option s’il fait 30 degrés Celsius dans ta maison, car le lait va cailler dans le tuyau et tu risques de trouver ton prochain latte un peu douteux.

Si ça t’arrive parce que tu as oublié, pas de stress.  La buse qui contient le lait se défait super facilement si tu dois faire un nettoyage en profondeur. Sinon, le rinçage des buses de café se fait seul sans aucune manipulation de ta part et s’écoulera dans le réceptacle de la machine. Personnellement, je mets un petit contenant en dessous au lieu de laisser tomber l’eau. Je trouve ça plus facile.  Je t’ai dit que j’étais un peu paresseuse par moment ?

Niveau entretien, il y a aussi un filtre qui est a changé de façon cyclique. La JURA nous demandera de le changer au 45 à 65 litres selon la dureté de l’eau que l’on pourra inscrire dans la programmation de l’appareil. Une fois de temps à autre, un nettoyage sera nécessaire lorsque la machine nous le demande pour débarasser le gras du café toutes les 200 tasses.  C’est un processus super facile.

Une petite pastille à mettre dans la machine et le reste sera fait par cette dernière. Rendu là, c’est aussi simple que de mettre une capsule de savon dans son lave-vaisselle.

Prix

Probablement la chose qui fait le plus sourciller. OUI, la machine est coûteuse. Oui, c’est n’est pas à la portée de toutes les bourses. Par contre, lorsqu’on fait le calcul des dépenses reliées à l’achat de bon café en restaurant ou à l’achat de capsule, c’est rentabilisé assez rapidement.

Cette année plus particulièrement, j’ai remarqué une baisse majeure de mes dépenses reliées à mon boulot. Café sur le pouce, repas au restaurant, stationnement et essence pour la voiture, tous des plans budgétaires qui ont fondu au soleil vu le télétravail et l’annulation des déplacements dus à mes rendez-vous professionnels. Je calculais que je pouvais, seulement en café, dépenser de 5$ à 10$ par jour à moi seule. Ce qui fait en bout d’année de 1825$ à 3650 $ en fin d’année. Soit pas mal dans la gamme de prix d’une JURA. Si j’avais un conjoint qui consommait du café aussi, la rentabilité serait encore plus évidente.

La JURA S8 se détaille autour de 2899$. Si on ajoute les frais de café en grain et le lait dans le cas de consommateur comme moi de latte pour faire un calcul qui fait du sens, je suis assez sécure en disant que la machine est rentabilisée chez moi en moins de 2 ans. Et même dans le cas d’un retour au boulot, je n’ai réellement plus envie d’aller me chercher du café ailleurs que dans ma cuisine. C’est un beau luxe à se payer si notre portefeuille le permet évidemment.

Plus encore

Autres fonctionnalités que j’adore sur la machine est de pouvoir faire chauffer de l’eau pour mes tisanes et mes thés en sélectionnant la température idéale pour mes breuvages chauds. Emma et Xavier peuvent aussi profiter de la fonction pour le lait chaud pour se faire un bon chocolat chaud sans faire chauffer le lait dans un chaudron ou se brûler sur une tasse passée au four micro-ondes. Ces options sont vraiment intéressantes.

Petit secret ? Je me suis même servie de la JURA pour avoir de l’eau chaude nécessaire pour me faire une petite sauce à poutine l’autre jour. C’était moins long que de le faire au four à micro-ondes ou sur le rond. Paresse quand tu nous tiens!

[embedyt] https://www.youtube.com/watch?v=RS727u6Y64s[/embedyt]

Bref, je t’invite aussi à regarder cette capsule que j’ai tournée avec la charmante Hind, barista pour EDIKA, importateur des machines JURA et LELIT. En plus de nous expliquer quelques fonctionnalités de la JURA, elle nous explique les différences entre les différents cafés qu’on a l’habitude de consommer. Elle nous donne aussi plein d’informations sur le café qui sont ma foi super intéressantes à savoir.

Cette femme a un don de vulgarisation hors du commun. J’ai eu un coup de cœur majeur pour cet être humain. Elle est passionnante, humaine et tellement gentille. Je l’aurais gardé des heures avec moi à jaser autour d’un café, mais vous savez, COVID oblige, on s’est limité à notre tournage en respectant les règles de distanciations, mais ce n’est que partie remise.

Pour en savoir plus sur la JURA ou pour connaitre les points de vente, c’est par ici ma fourchette. Sur ce, je te fais un cheers de café et j’espère que tu te portes bien.

Décharge : Edika Canada a gentiment consenti à me laisser pour la vie la belle JURA S8. Par contre, les opinions et commentaires émis sur la machine sont les miens. Je m’assure toujours de bien tester ou de connaitre la compagnie avant de consentir à un partenariat. Des recherches préalables avaient été faites et il était de mise après pour moi d’accepter ce partenariat.

Publié le 8 décembre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *