Piccata de porc et la peur de bien manger

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur pinterest
Nombre de portion : 4

Temps de préparation:

10 min

Temps de cuisson:

15 min

Temps de repos:

Degré de difficulté: Moyen
Congélation: Non

Ingrédients

  • 3 c. à soupe de farine
  • 1 c. à thé de sel
  • ½ c. à thé de poivre
  • 450 grammes de filet de porc coupé en tranches d’un pouce
  • 2 c. à thé d’huile d’olive
  • ¾ tasse de bouillon de poulet
  • 1/8 à ¼ tasse de jus de citron (selon les goûts)
  • 2 c. à thé de fécule de maïs
  • 2 c. à thé de beurre
  • 1 c. à soupe de câpres

Préparation

  1. Dans un bol, mélanger la farine, ½ c. à thé de sel et ¼ de c. à thé de poivre. Tremper les tranches de porc dans le mélange. Enlever l’excédent de farine.
  2. Chauffer 2 c. à thé d’huile dans une grande poêle à feu moyen-vif. Ajouter le porc et cuire jusqu’à ce que le porc soit bien doré (attention, le porc est meilleur saignant que trop cuit!). Garder au chaud.
  3. Dans une tasse, mélanger ensemble le bouillon de poulet, le jus de citron, la fécule de maïs, ¼ c. à thé de sel et 1/8 c. à thé de poivre. Verser dans la même poêle utilisée pour faire cuire le porc et bien mélanger (gratter pour enlever les résidus collés). Laisser mijoter pour que la sauce épaississe. Retirer du feu et y faire fondre le beurre. Ajouter les câpres et servir sur le porc.
  4. Servir sur des nouilles de riz avec des petits pois verts.

Faites-vous attention à ce que vous mangez? Je veux dire, vraiment attention.

Lisez-vous le tableau des valeurs nutritives sur les emballages? Regardez-vous d’où proviennent les aliments? Achetez-vous que des trucs sans gras-bourrés-de-fibres? Comptez-vous les calories ingérées? Les grammes de gras avalés? Le nombre de portions de fruits et de légumes qui se retrouvent dans votre estomac quotidiennement?

Fuyez-vous les tartes au chocolat? La pizza pepperoni-fromage? Les chips sel et vinaigre? Vous préférez le bio? Les produits locaux? Est-ce que votre assiette inclut du poisson au moins deux fois par semaine? Avez-vous peur du mercure contenu dans les bestioles des mers? Montez-vous sur la balance chaque jour? Mesurez-vous votre tour de taille? Avez-vous peur au cancer du colon? À la crise cardiaque? Au cholestérol qui bat des records olympiques dans la prise sanguine annuelle?

D’autres questions!

Ajoutez-vous du chou à votre salade pour prévenir ci? Croquez-vous dans du chocolat noir pour prévenir ça? Est-ce que vous vous faites un devoir de bannir le sel pour espérer ne pas faire augmenter les statistiques de telle maladie? Se nourrir est compliqué. Ça relève parfois du miracle de réussir à popoter un souper qui correspond aux multiples normes/conseils/avertissements qu’on nous sert chaque jour. C’est à penser qu’il faudrait un doctorat en nutrition pour parvenir à mettre des repas sur la table trois fois par jour sans craindre d’empoisonner sa smala.

Oui, je porte attention à ce que les experts disent, mais pas au détriment du plaisir que nous avons à manger en famille. À rire ensemble des niaiseries de l’un ou de l’autre autour de la table. À refaire le monde autour d’un souper bien arrosé entre amis. À se raconter nos vies huit fois avec ma meilleure devant un dessert trop gras, trop sucré du resto. Pour moi, il est là le plus important.

Publié le 2 avril 2014

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *