Décharge : J’ai été reçu par Half Your Plate pour couvrir l’événement mais aucune compensation financière n’a été reçu. Les opinions émises sont les miennes et n’impliquent que moi !

Ça faisait longtemps que Santé Canada voulait apporter des modifications au Guide Alimentaire Canadien. Il datait de si longtemps et des mesures s’imposaient. En janvier dernier, il s’est enfin refait une petite cure de rajeunissement. Au menu ? Plus de fruits et légumes. Moi, j’adore les fruits et légumes alors pour moi, ce n’est pas une corvée d’en manger plus. Mais, je me demandais si c’était le cas pour tout le monde et quelles étaient les options offertes aux consommateurs pour les aider à intégrer plus de ces aliments dans leur quotidien.

Lors du dernier CPMA (convention centrée sur le marché des fruits et légumes), j’ai pu ainsi voir ce que l’industrie, d’ici et d’ailleurs, avait à offrir sur les étalages des épiceries. En me promenant dans les allées, j’ai pu constater que la variété était ÉNORME et qu’il y avait de la place à la diversité dans nos assiettes. Je me suis même surprise à parfois me demander comment s’appelaient certains aliments qui m’étaient proposés. Comme quoi on apprend toujours !

Changer nos habitudes

On a d’ailleurs tendance à toujours aller vers les mêmes fruits et légumes quand on va à l’épicerie. Mais pour l’avoir essayé dans le passé et avoir constaté le succès de la chose, je vous propose qu’à chaque semaine, vous choisissiez un nouveau fruit ou nouveau légume. Faites ensuite des recherches sur internet pour l’utiliser et bien l’apprêter. Vous allez être surpris des trésors qui se cachent parfois au détour de l’allée et qu’on a ignorés trop longtemps. Chez moi, on a découvert de petits bijoux comme ça ! Par exemple, le cactus mariné, la pitaya, le kaki et le fenouil, que je boudais d’ailleurs depuis des années, ont maintenant tous leur place dans ma maison.  Comme il faut parfois un certain moment pour adopter des nouveaux aliments, il est important de laisser la chance au coureur.

Alors qu’en est-il des nouvelles recommandations ?

Il est maintenant recommandé de composer son assiette de la manière suivante : la moitié de fruits et légumes, le quart de protéines et le dernier quart de produits céréaliers à grains entiers. Les fruits et légumes ont maintenant la place d’honneur dans notre assiette. Il est donc encore plus primordial de trouver de nouvelles façons d’apprêter et d’intégrer les fruits et légumes au quotidien. Varier la chose est probablement la façon la plus intéressante afin de ne pas s’en tanner. Parce que disons-le, on a beau aimer les pommes, si on en mange tout le temps, on s’écoeure.

Coup de coeur pour les produits Complètement Poireaux . Une belle compagnie d’ici ! Un beau Wow aussi pour le fruit du Dragon séché de la compagnie Lavite.

Mais pourquoi autant de fruits et légumes ?

Le site de Santé Canada nous dit que les légumes et les fruits contiennent des nutriments importants comme des fibres, vitamines et minéraux qui sont essentiels pour la santé. Il est donc normal de faire plus de place aux végétaux dans notre assiette. En plus, le site gouvernemental souligne le côté plus écologique des fruits et légumes versus certaines protéines. Je crois bien que c’est une première car je n’ai pas souvenir d’avoir lu des recommandations environnementales auparavant dans le guide alimentaire.

La nutritionniste Julie DesGroseilliers nous prouvaient que ça coûtait moins cher des fruits et légumes que des produits préparés du commerce qui sont moins bons pour la santé.
Visitez la page  J’aime les Fruits et Légumes, c’est une belle mine d’informations.

En plus, la variété dans cette catégorie est si grande et les aliments si colorés, on serait fou de s’en passer. Optez aussi pour différentes texture et des modes de cuisson variés. La saison des BBQ, arrive sous peu alors pourquoi ne pas se faire des brochettes de légumes ou des sautés à l’aide d’une casserole trouée spécialement conçue pour la cuisson du BBQ. Faites aller aussi votre créativité en variant votre salade. Changez la traditionnelle laitue romaine pour du kale, des épinards, des pousses ou encore un peu de fenouil. Troquer les concombres pour des radis, des juliennes de betteraves ou des carottes mauves. Choisissez des tomates de couleurs variées et de formes diverses. Amusez-vous en ajoutant des fruits à vos salades ou en incorporant des coulis de fruits dans vos vinaigrettes.

Pour aider vos enfants à manger plus de légumes dans les lunchs, offrez-leur une petite trempette légère ou du houmous en accompagnement. Éviter les jus de fruits qui sont trop sucrés et perdent un peu de leurs valeurs nutritives. Optez pour les smoothies avec les fruits en entier (peau incluse), surtout si votre petit dernier a perdu toutes ses dents et que l’option de croquer dans une pomme n’est pas possible. Ha ha ha ! Bref, usez d’imagination, ce n’est pas le choix qui manque à longueur d’année. Vous trouvez qu’il manque de variété en hiver ? Faites des réserves l’été de fruits et légumes de saison et envoyez ça balader au congélateur. Vous pouvez aussi opter pour des produits surgelés en épicerie, ils sont d’excellents choix. Même les légumes en conserve faibles en sel sont de beaux dépanneurs.

Les étiquettes biodégradables de Sinclair

Encore du chemin à faire

Malgré le fait que le CPMA offrait une grande source d’inspiration pour le quotidien, je trouve qu’il y a encore trop de trucs suremballés et précoupés en épicerie. Je pense qu’il faut retrouver l’habitude d’acheter les fruits et légumes frais et les couper nous-mêmes. Je le sais que c’est plus long mais c’est tellement mieux au niveau écologique. On est capable. Soyons par contre positif, j’ai aussi vu de superbes innovations au niveau emballage comme les barquettes en carton recyclé qui remplace les contenants en plastique traditionnels. J’ai aussi adoré les étiquettes à fruits biodégradables qui arriveront sous peu sur le marché. Une belle découverte !

Et vous, avez-vous de la facilité à inclure les fruits et légumes dans votre assiette ? Quelle est votre plus récente découverte ? Quels sont vos enjeux principaux ?