Une recette du chef Stéphane Fontaine des Producteurs d’oeufs du Canada
Ma grande n’avait que quelques mois. Elle commençait à manger du mou et demandait un rituel hyper strict pour l’envoyer dans les bras de Morphée. Sortir avec elle demandait de louer un semi-remorque de 21 pieds dans lequel on loadait tous les trucs nécessaires à la survie de mon bébé : parc, chaise-haute, sac à couche, poussette, siège Bumbo, etc. Pour toutes ces considérations, on a convenu que ce serait beaucoup plus simple de faire le réveillon de Noël dans mon 4 1/2 que dans le bungalow de mes parents.
L’affaire c’est qu’à part mon rôti de palette à l’oignon et des oeufs à la coque, je ne savais pas cuisiner grand chose. Ah oui! Je savais super bien réchauffer la sauce à spagh de ma mère au micro-onde. Je voyais, dans ce réveillon, THE moment pour impressionner ma famille. Je serais la reine des fourneaux de Noël. La fée des étoiles du plus beau souper de Noël EVER!
J’avais fait beaucoup de recherche pour trouver les meilleures recettes qui sauraient épater la galerie et j’ai finalement choisi : poulet rôti, brocoli vapeur et patate pilée (c’était la première fois que je recevais, rappelez-vous!). Le soir venu, tout allait sur des roulettes. Les invités arrivaient guillerettes, le vin coulait à flot, je menais les opérations de main de maître. Je prenais goût à l’aventure!
La vie était belle jusqu’à ce que je sorte le poulet du four et que ma mère me fasse remarquer qu’il était à l’envers. Première prise. « Ce n’est pas grave! Ça sera très bon quand même! », m’a-t-elle dit pour me rassurer. Je coupe une tranche pour m’assurer qu’il était cuit. Horreur! Il est tout rose encore. On remet le poulet au four.
Pendant ce temps, je mets les brocolis à cuire. Comme je n’ai pas de marguerite, je me dis que ma passoire à spaghetti en plastique fera le travail. Une affaire de réglée. Je sors ma mixette pour faire ma purée de patate. Pour une raison que j’ignore, ça ne fonctionne pas. En fait, ma purée se transforme en une espèce de colle. La texture est loin d’être ragoutante. J’avais chaud tout à coup. Je tente de camoufler mon stress à mes invités tout en essayant de trouver une solution à mon 10 kg de patates qui semblent maintenant destinées à coller la future tapisserie du salon.

 

C’est là que j’ai senti cette odeur infecte de plastique fondu. Du plastique fondu? Ahhhh! Mes brocolis!!! Imaginez, mon affaire de patate avait tellement retenu toute mon attention que j’avais oublié que j’avais des brocolis sur le feu. Il a manqué d’eau dans le chaudron et la passoire a fondu… Brocolis scrap + passoire scrap + chaudron scrap = alarme d’incendie qui part. Les larmes sont parties aussi au même instant.
Dans l’affolement du moment, entre le chum qui tente de fermer la trappe au détecteur de fumée et ma mère qui tentait de consoler le bébé qui hurlait sa vie, j’ai tenté de ne pas accrocher le plat de patate à la colle à tapisserie qui a quand même fini sur le plancher.  À quoi ai-je pensé d’offrir le réveillon? Loader un 10 roues pour amener bébé chez ma mère finalement IL N’Y A RIEN LÀ!

C’était la catastrophe. Totalement. « Chérie, il y a le poulet encore! », lance mon chum. Ai-je besoin de vous dire que le poulet était à présent aussi sec qu’un pain baguette oubliée sur le comptoir pendant 2 jours? C’était le pire souper de ma vie. Jusqu’à temps que mon père me prenne dans ses bras et me disent : « Ma puce, Noël c’est l’occasion d’être ensemble. On est tous là. On est tous contents d’être là. C’est tellement ça le plus important. Ce qu’il y a dans nos assiettes, on s’en fout un peu, tu sais. »

Ma mère a fait une salade avec ce qu’elle a trouvé dans le frigo. Mon beau-frère s’est occupé de nettoyer le gâchis. Ma grand-mère a réussi à endormir mon bébé. J’ai laissé mon père faire une grosse omelette. Jamais une simple omelette n’a eu aussi bon goût. C’était beau à voir aller cette valse familiale pour faire de ce Noël, un Noël magique. Plus d’une décennie plus tard, on rit encore de ma mésaventure, mais depuis, j’ai appris en maudit sur la cuisine! Haha! Cette année, j’ai préparé tout un menu pour recevoir ma gang et je sais qu’il n’y aura pas de catastrophe parce que je vais me pratiquer! Hé hé!

 

Gâteau au fromage aux canneberges sur pain d’épice

C’est le chef Stéphane Fontaine qui m’a mise au défi de réaliser ce dessert. Il est le chef des Producteur d’oeufs du Canada et on peut voir ses recette sur le site lesoeufs.ca. Il a préparé un menu des Fêtes très spécial qui s’inspire des œufs. Célébrez le confort et la tradition des réceptions des Fêtes. Je vais tenter de relever le défi au cours des prochaines semaines À suivre!

Pour faire encore plus mignon, je vais les offrir dans des petits pots masson trouvés au Dollarama. J’ai recouvert les couvercles de simple papier kraft sur lequel j’ai collé un petit bonhomme de neige. J’ai attaché le tout avec une corde en papier. Le tout trouvé au Dollarama. J’ai fait la moitié de la recette et ça m’a donné six pots. J’ai réduit le temps de cuisson du gâteau à 20 minutes. Surveillez régulièrement le four si vous changez le format qui est proposé dans la recette.

gâteau au fromage aux canneberges sur pain d’épice


Portions : 10



Ingrédients

  • 1 1/4 tasse (300 ml) de biscuits secs au gingembre finement broyés
  • 1/4 tasse (60 ml) de beurre non salé fondu
  • 1 c. à thé (5 ml) de zeste d’orange
  • 1/4 c. à thé (1 ml) de sel
  • Garniture
  • 2 1/2 lb (1,13 kg) de fromage à la crème ramolli
  • 1 1/4 tasse (300 ml) de sucre
  • 3 c. à table (45 ml) de farine
  • 1 c. à thé (5 ml) de zeste d’orange
  • 1 c. à thé (5 ml) de zeste de citron
  • 1/2 c. à thé (2,5 ml) d’extrait de vanille
  • 5 œufs entiers (prévoir 2 jaunes d’œufs supplémentaires)
  • 1/4 tasse (60 ml) de crème riche en matières grasses
  • Sauce aux canneberges
  • 1 1/4 tasse (300 ml) de sucre granulé
  • 1 c. à thé (5 ml) de zeste d’orange
  • 1/2 tasse (125 ml) de jus d’orange
  • Un paquet de 12 oz (340 g) de canneberges fraîches ou congelées

Marche à suivre :

  1. Préchauffer le four à 325 °F (160 °C). Graisser légèrement un moule à charnière de 9 pouces (23 cm).
  2. Pour la croûte de pain d’épice : Dans un petit bol, combiner les biscuits secs au gingembre broyés, le beurre, le zeste d’orange et le sel. Presser dans le fond du moule à charnière graissé. Déposer le moule sur une plaque à cuisson et cuire à 350 °F (180 °C) pendant 8 à 12 minutes. Laisser refroidir sur une grille.
  3. Pour le gâteau au fromage : Préchauffer le four à 500 °F (260 °C). À l’aide d’un batteur sur socle muni d’un fouet plat, battre le fromage à la crème, le sucre, la farine, les zestes et la vanille jusqu’à l’obtention d’une consistance homogène.
  4. Ajouter les œufs et les jaunes, un à la fois, en battant après chaque ajout, jusqu’à l’obtention d’une texture lisse. Incorporer la crème. Verser la garniture dans le moule et faire cuire jusqu’à ce que le dessus commence à brunir, soit environ 15 minutes.
  5. Réduire la chaleur à 200 °F (93 °C) et cuire jusqu’à ce que le mélange ait pris, soit environ 1 heure de plus. Transférer sur une grille et laisser refroidir complètement. Couvrir et réfrigérer au moins 8 heures ou toute la nuit.
  6. Pour la sauce aux canneberges : Dans une casserole moyenne, combiner le sucre, le zeste d’orange et le jus d’orange et faire chauffer à feu moyen. Bien chauffer le mélange en remuant jusqu’à ce que le sucre soit dissous.
  7. Ajouter les canneberges et faire cuire, en remuant à l’occasion, jusqu’à ce que les fruits aient éclaté, soit environ 5 minutes. Verser dans un bol et laisser refroidir jusqu’au moment d’utiliser le mélange. Égoutter le liquide en trop avant de garnir le gâteau au fromage.
  8. Pour servir, passer une fine lame tout autour du gâteau avant d’ouvrir le moule à charnière. Garnir le gâteau de la sauce aux canneberges, couper et servir.

 

Merci aux Producteurs d’oeufs duCanada de m’avoir approché pour réaliser ce défi culinaire. Les opinions exprimées dans ce billet reflètent entièrement ma pensée.