4 trucs infaillibles pour rentabiliser votre épicerie / Cinq Fourchettes

J’ai toujours été contre le gaspillage alimentaire pour de multiples raisons. Premièrement, ça me tue de voir que certaines personnes ne mangent pas à leur faim alors que d’autres nourrissent leur poubelle à grand coup de « Oups, je les ai oubliés ». Pis là, on s’entend, je ne suis pas mère Térésa et il m’arrive aussi de jeter des trucs, non pas sans grande peine. Deuxièmement, bonjour le gaspillage d’argent ! Je ne roule pas sur l’or comme la majorité d’entre nous ! Je dis souvent à mes ados : « Prendrais-tu un 5 $ dans ton portefeuille pour le brûler juste pour le plaisir ? » La réponse est assez éloquente : « EEEEEEEEEEE no way ! » Alors, pourquoi prendre un pot de yogourt à 3,99 $ et le jeter sans regret aux ordures ? C’est le même combat ! Voici donc mes trucs pour éviter le plus possible que ça arrive et ainsi rentabiliser son épicerie!

4 trucs infaillibles pour rentabiliser votre épicerie / Cinq Fourchettes

Faire son ménage de frigo 

On devrait le faire TOUTES LES SEMAINES ! Oui ! Prendre un 10 minutes avant de se lancer à l’épicerie ou avant de monter notre menu de la semaine, ça devrait être une habitude bien ancrée. Ben oui ! C’est poche à faire, je le sais. Je préférais m’écrapoutir dans mon divan et me pogner le popotin à deux mains. Mais si vous saviez combien d’argent je sauve en faisant ça ! Je sors TOUT ce qui est dû (ou sur le point de l’être) et je m’inspire avec ça pour faire mes premiers repas de la semaine. Ensuite, je monte ma liste d’épicerie. UNE FOIS PAR MOIS, je vide mon garde-manger et je positionne ce qui est ouvert ou qui est sur le point d’expirer sur le bord de mon garde-manger et je fais le même processus qu’avec les aliments de mon frigo. Voici un article qui parle de ma routine de bouffe. Ça vous éclaira un peu. 

Au Canada, 40 % des aliments produits finissent à la poubelle à diverses étapes de leur cheminement, que ce soit chez le producteur, le transformateur, le distributeur, le détaillant ou le consommateur. Chaque Canadien jette en moyenne 1000 $ de nourriture annuellement. Dans le monde, environ 1,3 milliard de tonnes d’aliments sont jetées chaque année, une quantité qui pourrait nourrir 7 fois la population qui ne mange pas à sa faim.

Source : Projet 9

Achetez moins

Je le sais bien que c’est tentant, mais réfléchissez avant d’acheter quelque chose en spécial. Ça beau ne pas être cher sur le coup, si ça finit dans la poubelle, ça devient TROP CHER ! Les concombres sont en spécial, c’est génial ! Mais, pensez au fait qu’ils se gaspilleront rapidement et que personne n’aime les concombres moisis dans le fond du tiroir à légumes. J’achète souvent dans les étalages de réduction de légumes et fruits « borderline » des épiceries. Par contre, quand je le fais, je prépare dès mon arrivée ces légumes et ces fruits pour cuisson ou pour utilisation immédiate (24 heures). Sinon, » pouet pouet » dans les poubelles. Pensez aussi à faire des substitutions dans vos recettes. La recette vous demande 1 litre de bouillon de poulet et vous avez ; un demi-contenant de bouillon de légumes et un demi-contenant de bouillon de poulet dans le frigo ? Ben go, garrochez-moi ça dedans sans trop y réfléchir ! Pas de beurre salé, juste du beurre non salé, passez votre beurre dans le mélangeur avec du sel de table ! Ya personne qui va mourir de ça ! Croyez-moi ! Je l’ai fait à Noël et personne ne s’en est rendu compte ! 

Optez pour des aliments durables

Certains projets sont mis en branle pour éviter le gaspillage alimentaire. Encouragez-les ! C’est le cas du Projet 9. Depuis plusieurs années, le CDBQ travaille pour trouver une méthode permettant d’augmenter la vie de certains aliments frais. Ils ont réussi le défi de prolonger la vie de certains aliments en augmentant jusqu’à trois fois la durée de conservation d’aliments frais ! Le procédé s’appelle HPP (Hydro Procédé de protection). 

En 2050, la Terre comptera 9 milliards de bouches à nourrir (d’où le nom Projet 9). Il faut donc être évolutionnaire, c’est-à-dire modifier ses comportements afin de faire face à l’un des plus grands défis planétaires : cesser le gaspillage alimentaire.

 

Gaspillage alimentaire : la technologie à la rescousse

Le CDBQ travaille déjà depuis plusieurs années au développement d’une technologie permettant d’augmenter jusqu’à trois fois la durée de conservation des aliments frais. Appelée HPP (Hydro Procédé de protection), cette technologie, dont on connaît l’efficacité depuis le 19e siècle, est aujourd’hui approuvée par Santé Canada.

Le procédé HPP est une technologie verte, simple et innovante qui n’utilise que de l’eau froide et de l’électricité. Cette technique se résume comme suit :

  • Immersion d’un aliment emballé (sous vide, bouteille scellée ou contenant hermétique) dans un bassin d’eau froide ;
  • Augmentation de la pression à l’intérieur du bassin par compression hydro­statique jusqu’à 87 000 psi (livres par pouce carré), l’équivalent de six fois la pression exercée dans la fosse des Mariannes, l’endroit le plus profond du monde dans l’océan Pacifique ;
  • Destruction des microorganismes dans l’aliment grâce à cette forte compression ;
  • Aucun ajout d’additif ni d’agent de conservation artificiel (Clean Label) ;
  • Conservation du goût, de la texture, de la fraîcheur et des valeurs nutritives (vitamines et antioxydants) de l’aliment.

Plusieurs entreprises d’ici utilisent ce procédé. En voici quelques exemples : 

  • Fortin Charcutier : jambon tranché, jambon blanc
  • La Maison du gibier : rillettes, mousses et terrines
  • Les Cuisines gaspésiennes : plusieurs sortes de jambon tranché, salami, bologne, pepperoni, sous le nom Gaspésien
  • Les Viandes du Breton : jambon tranché rustique et bio
  • Produits Alimentaires Viau : pancetta en sachet Fantino & Mondello
  • Yulife : boissons énergisantes 100 % naturelles à base de ginseng
  • Plein Jus : smoothies de légumes et divers jus
  • Pâte 2000 : boules de pâte à pizza fraîche

J’ai personnellement testé ces produits et, croyez-moi, j’ai poussé l’audace jusqu’à la limite de la date d’expiration ! Ils ont tous passé le test haut la main ! Le bœuf haché a été sans contredit le test qui m’a le plus impressionné puisque c’est souvent ce que je perds lorsque je ne planifie pas bien. 

Il est d’ailleurs facile de reconnaître les produits qui utilisent ce procédé puisque le logo (image plus haut) est apposé sur l’emballage des produits participants !

 

Budgéter

Il n’y a pas de recette miracle (je ne l’ai pas trouvée encore) pour être 100 % sans gaspillage. Des fois, les enfants ne terminent pas leur assiette et ça finit aux ordures (surtout quand ils sont malades, beurk). Parfois, bien j’ai un imprévu et je ne cuisine pas le menu projeté. Puis des fois, j’oublie simplement. Ça arrive ! Par contre, je sais que lorsque je tiens les cordes de mon portefeuille serré, je fais plus attention ! C’est aussi dans ce temps-là que mon imagination est à son maximum. Ma collègue blogueuse Béatrice Bernard-Poulin, que je considère comme LA Ninja du budget, vient tout juste de sortir un livre FANTASTIQUE sur le budget. Le livre intitulé « Vivez mieux pour moins » reflète exactement ce que j’essaie d’intégrer dans ma vie (à petites doses, comme mentionné, je ne suis pas une sainte). Cet outil vous permettra de faire votre budget grâce aux grilles budgétaires qui sont incluses dans le livre et vous outillera grâce aux nombreux conseils fort judicieux que Béatrice nous offre. 

 

On y parle entre autres de :

  • Placement d’épargne
  • Comment payer ses dettes
  • La fidélisation 
  • L’achat local
  • Les voyages à petits budgets
  • Des trucs pour éviter de dépenser
  • Et bien plus encore

Un bel investissement pour mieux vivre pour moins ! Comme dans n’importe quoi, il faut intégrer des trucs ici et là. Un à la fois ! Un jour, on se retourne et on est devenu des pros en la matière sans s’en rendre compte! C’est valable pour les saines habitudes alimentaires, l’éducation, le ménage, le budget et le gaspillage. Par contre, soyez doux envers vous, l’erreur est humaine ! Mais ne cessez jamais d’essayer, vous en êtes capables ! Parole d’une récidiviste des mauvaises habitudes ! Gnak Gnak !