J’ai fait une petite, petite, petite partie de la route des vins Brome-Missisquoi en début de semaine et j’ai rencontré tellement de gens passionnants et passionnés que j’espère bien rendre tout ça en mots afin de vous donner l’envie de faire cette superbe route. Avec le changement de saison, les couleurs qui commencent doucement à s’afficher dans le paysage, c’est LE moment idéal pour aller faire une petite virée entre amis ou en famille. L’œnotourisme est en constante évolution au Québec.

À la découverte de la route des vins Brome-Missisquoi ! Cinq Fourchettes

De plus en plus de produits se taillent une place de choix sur nos tablettes d’épicerie et à la SAQ et avec raison. Plusieurs gagnent des prix prestigieux loin du regard du grand public et c’est si dommage, car on aurait tout intérêt à les connaitre. Nos vignerons gagnent en expérience et nos vins en beauté. L’offre de tourisme est en plus tellement intéressante qu’on serait fou de s’en passer.

Cette année, les vignerons s’entendent pour dire que la belle saison a été très généreuse en soleil et très bénéfique pour les vignes. Les vignobles regorgent de raisins et les vignerons, lueurs de passion dans les yeux, sont heureux d’accueillir les visiteurs afin de leur faire découvrir leur production. J’ai donc eu la chance de partir à la découverte de quelques-uns d’entre eux en compagnie de mon frère et je vous les fais découvrir dans cet article ! Bonne lecture !

 

Vignoble de La Bauge à Brigham

C’est Simon Naud, vigneron et copropriétaire du Vignoble, qui nous a accueillis avec toute sa passion et sa créativité. Malgré la charge de travail immense qu’il a, puisqu’en pleine vendange, il nous a raconté un peu l’histoire de son vignoble ainsi que ses projets à venir. Je peux vous dire que j’aurais pris quelques heures de plus en sa compagnie afin d’en savoir plus. Il est vraiment passionnant à écouter.

Bref, sa terre est immense et l’agrotourisme est un point important sur son vignoble. Tout y est pour passer un bon moment en famille ou entre amis. Animaux, tables à pique-nique, paysages à couper le souffle, petite terrasse pour déguster des produits du terroir, dont des produits de sanglier issus de la ferme de la famille. Tout y est pour décrocher de son train-train quotidien. D’ailleurs son frère ainé tient la première ferme d’élevage de sanglier du Québec. D’où le nom du vignoble : la bauge. La bauge c’est l’endroit où le sanglier se couche et fait son nid et c’est dans l’esprit des traditions familiales que le nom a été choisi reliant ainsi les fermes de la famille ensemble.

Simon travaille donc sur le vignoble depuis son adolescence et ne semble pas sur le point d’en être blasé. Les idées fusent de partout et il est présentement en train de mettre en place un lot de vigne en culture bio afin de toujours améliorer son offre. Chose pas nécessairement simple à faire, mais qui semble bien stimulant pour ce passionné de la vigne. Il est à noter que depuis 3 ans, aucun herbicide n’est utilisé sur les champs. Beaucoup d’apprentissages, mais aussi beaucoup de fierté ressortent du récit fait par Simon.

Parlons vins

Les premières vignes ont été plantées en 1986. L’entreprise produit 65 000 bouteilles et vise 100 000 en production pour 2019. Dès lors, le vignoble sera presqu’à 100 % en production.

Le vignoble de Bauge c’est :

  • 10,5 hectares de vignes en tout, dont 7,5 hectares en production et 1,5 hectare de vignes qui entrent en production l’an prochain (4e feuille)
  • Un hectare en culture biologique
  • 1,5 hectare de vignes entre en production dans 2 ans
  • Plus deux hectares supplémentaires en culture biologique.
  • Les cépages principaux sont les suivants :
  • Frontenac Noir, Frontenac Blanc, Frontenac Gris, Vidal, Lacrescent, Marquette, Perle Noir
  • Cépages en développement (250 plants de chaque)
  • Geisenheim 322, Cabernet Franc, Gewurztraminer, Sauvignon Blanc, Muscat d’Alsace, Savagnin

Les vins du vignoble de La Bauge sont bien présents sur nos tablettes et il est donc facile de se les procurer. Une gamme de vins (blanc, rosé et rouge) est produite et vendue en épicerie. Le blanc et le rouge ayant d’ailleurs été récemment recommandé par la sommelière Véronique Rivest dans le journal La Presse. La série Saveur (Le Fraiche-Heure, Douce-Heure et Rassemble-Heure) comprend 3 vins faciles et ils sont disponibles en épicerie tandis que la série Évolution (l’EquinØx, TerrØ, RØsez, SØlyter) est quant à elle offerte en SAQ.

Pour plus d’informations : http://labauge.com/

La Ferme Norli de Bromont

Cette superbe ferme d’alpagas est tenue de main de maître par Lise et son mari Normand. Lise est tellement charmante et j’étais très triste de n’avoir pas eu plus de temps avec elle. 30 minutes, ce n’est pas assez. L’écouter parler de l’histoire de la ferme, de son amour pour les alpagas, des projets et des aventures reliées à la ferme, c’était fascinant. En plus, les bêtes sont tellement trop mignonnes ! Coup de cœur pour Oero, l’alpaga noir et blanc qui, à mon goût, ressortait du lot ! D’ailleurs, Lise connait le nom de toutes ces bêtes ! Impressionnant, car il y en a quand même à la ferme près de 180 têtes en date d’aujourd’hui.

Quoi faire sur place

Allez faire un tour et profitez-en pour apporter votre lunch et pique-niquer sur place pendant qu’il fait encore beau. C’est gratuit les amis ! Seule la visite guidée est payante, mais le prix est si raisonnable qu’on serait fou de s’en passer. Un gros 5 $ par adulte et 2 $ par enfant de 12 ans et moins. Ils offrent même un format familial à seulement 12 $ même si les parents ont plus de 2 enfants ! Vraiment abordable ! Pour votre info, la visite dure entre 25-35 minutes et vous aurez la chance de voir les petits bébés et leur maman ! Ils sont trop choux, vous allez tomber en amour.

Saviez-vous qu’il est erroné de dire de la laine d’alpaga ?

On doit plutôt dire de la fibre, car l’alpaga ne produit pas de lanoline et que le poil de l’alpaga est semblable aux cheveux puisque ce sont des tubes remplis de bulles d’air. Lanoline c’est le gras présent sur la laine que l’on doit retirer lors de la tonte.

 

La fibre d’alpagas

La fibre est très légère et repousse l’humidité. Elle est super isolante, mais sans créer trop de chaleur ce qui crée moins de sudation ! On peut donc porter les bas longtemps sans les laver. Tous les produits de la boutique sont conçus avec la fibre d’alpagas de la ferme ou importé de fermes équitables du Pérou ! Il y a 3 employés à temps plein, 3 employés à temps partiel en plus des proprios, Normand et Lise, qui travaillent à la ferme. Ils bénéficient aussi des précieuses dames qui tricotent les superbes créations de la boutique. Une belle réussite d’ici à encourager. Je me suis donc procuré des balles pour la sécheuse et je vise éventuellement, des bas pour l’hiver.

Pour plus d’informations : http://www.alpagasfermenorli.ca/

Vignoble Léon Courville

Je crois que c’est le vignoble avec la vue la plus spectaculaire que l’on a visité ! Dès qu’on est sorti de la voiture, notre premier réflexe a été de regarder les montagnes au loin avec des exclamations qui ne portaient pas à confusion ! La montagne, la petite vallée et le lac au loin font de cet endroit, un vignoble totalement craquant !

Comble de malchance, nous n’avons pas eu la chance de jaser bien bien longtemps avec les proprios de l’endroit, car ils étaient en tournage au moment de notre visite. Nous avons été pris en charge par l’une de leurs employés, une sommelière de métier, qui nous a fait déguster les superbes produits du vignoble. Vous pouvez aussi, moyennant des frais de 10 $ par personne, faire une visite guidée des lieux. Le tour dure en moyenne 45 minutes (plus si l’animateur du moment est plus jaseux selon les dires de notre sommelière).

Mes coups de cœur vont aux vins suivants :  le Réserve St-Pépin, au Baco et au Réserve Vidal. Nous trouvions, mon frère et moi, que le St-Pépin avait un je-ne-sais-quoi qui le différenciait des autres. Il est clair que nous allons le déguster avec une bonne bisque de homard ou un risotto. Un beau coup de cœur !

Pour plus d’informations : http://www.leoncourville.com/fr/accueil

Petit arrêt repos au West Brome pour le dodo

Je dois avouer qu’en arrivant sur le site du West Brome, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. C’était un endroit qui me semblait joli, mais comme c’est un peu en retrait en pleine campagne, je me questionnais un peu. Lorsque j’ai ouvert la porte de notre chambre et que je suis allée faire une petite marche à l’arrière de l’édifice, j’ai été très surprise ! C’était spacieux, très confortable et surtout si relaxant comme endroit. La suite que l’on nous avait réservée comportait toutes les commodités : cuisinette, balcon privé, chambre à part ainsi qu’un salon avec foyer. Tout pour un moment de détente parfait en famille ou en amoureux.

À la découverte de la route des vins Brome-Missisquoi ! Cinq Fourchettes
J’ai  été charmé par la vue bucolique et le restaurant de l’endroit. Les repas que nous avons dégustés étaient vraiment savoureux et les prix vraiment abordables, considérant la qualité du produit. Les portions sont généreuses et tout était préparé à la perfection ! Mon médaillon de cerf était tellement savoureux avec son foie gras poêlé. La sauce shiitake et les légumes d’accompagnement venaient compléter le tout avec perfection. J’étais tellement bourrée après mon entrée de raviolis farcis que je n’ai pas pu terminer mon assiette. Mon frère ne s’est donc pas fait prier pour finir mon plat, car il aurait été dommage de le gaspiller. D’ailleurs frérot avait autant d’éloges au sujet de son entrée de boudin que moi envers son plat principal. Un bel endroit à découvrir.

Petit plus ? Avec notre chambre, nous avions le petit-déjeuner d’inclus et nous avons été super satisfaits. Le déjeuner de type continental était varié et vraiment complet à l’instar de certains endroits qui proposent des repas fades et restreints. Un autre plus ? L’endroit vous propose aussi un accès piscine et spa pour agrémenter votre séjour. La piscine sous verrière est splendide et le spa faisant face à un champ est tellement bien situé. On doit très certainement y relaxer facilement. Je n’ai malheureusement pas pu en profiter puisque bibi ici avait laissé son maillot à la maison ! Une vraie championne.

Pour plus d’informations : https://www.awb.ca

Le vignoble Bresee

Le vignoble Bresee est tenu par Richard Bresee, agriculteur depuis sa tendre enfance. L’histoire atypique du vignoble est vraiment chouette. À l’origine, Richard avait planté des vignes afin de vendre les raisins aux autres vignerons. Comme il est déjà proprio d’une ferme bovine, ce n’était pas dans ses plans de devenir vigneron. En raison d’une mésaventure avec un acheteur, il a dû prendre une décision afin de ne pas perdre sa production. Il s’est donc lancé dans la transformation de ses produits. Petit bonhomme allant, il a commencé à produire son propre vin, au début avec le soutien d’œnologue et par la suite, seul comme un grand.

 

Aujourd’hui, il offre 7 différents produits allant du blanc, au rosé en passant par le rouge et la vendange tardive. Ce dernier étant de loin mon préféré. J’ai évidemment été obligé d’en acheter une ! Ha ha ha !

 

Sa terre est immense et ses plans d’avenir tout aussi grandioses. Vous pouvez vous promener dans les vignes, pique-niquer sur place et relaxer au grand air. La vue est imprenable et donne envie de s’attarder des heures, à l’ombre des arbres avec un bon livre, verre de vin à la main.

Pour plus d’informations : https://vignobledomainebresee.com/fr

Le pub de la Brasserie Dunham

Situé au cœur de Dunham, le pub a des airs de fête même sous la pluie. Les boiseries et le look du relais de la Diligence, endroit qui abrite le pub, en font une place super chaleureuse. J’imagine très bien y faire le party entre amis. La terrasse extérieure est splendide ! Dommage qu’il pleuvait lors de notre passage, car j’y aurais pris place volontiers. Mais, n’ayez crainte, l’intérieur n’est pas en reste. Ça me rappelle un peu les vieux pubs de Londres. Sombre, chaleureux, avec un décor rustique et surtout super vivant. Ça doit être super agréable de prendre une bonne bière en écoutant un chansonnier pousser la note sur la petite scène qui s’y trouve. C’est mon genre de place.

Source : Brasserie Dunham

Le Relais de la Diligence fut érigé en 1865 comme relais de poste pour Saint-Albans au Vermont.  Plus tard, les diligences s’y arrêtaient pour y loger leurs passagers dans ce qui était devenu l’Hôtel Seely. Celui-ci était fréquenté par la haute société de l’époque et était renommé pour ses soirées mondaines dans la magnifique salle de bal du troisième étage. En 1893, une usine de fabrication d’équipement pour la production de sirop d’érable, la « Small Brothers », ouvrit ses portes.

Quoi manger

Le menu est simple, mais complet. On y trouve de la bouffe bien typique de ce genre d’endroit à la différence qu’ils mettent en vedette des produits locaux ou fait maison. Ce qui est super intéressant. J’ai adoré mon burger et mes frites. J’en avais tellement envie depuis longtemps et celui-là ne m’a pas déçu. Il était saignant comme il se doit et goûteux sans bon sens. La réunion de la simplicité et du bon goût.

Et que dire des bières.

La Brasserie Dunham a déjà une solide réputation et est à la hauteur de cette dernière. Les bières sont savoureuses. Mon frère, amateur invétéré de bières, a été charmé à la fois par la qualité du produit, mais aussi par leur audace allant même de les traiter de cinglés (gentiment, bien sûr) puisque plein d’audace. Je trouve qu’ils réussissent là où plusieurs échouent. Par exemple, leur bière la Saison Cerise est juste parfaite ! Ce qui est parfois bien difficile quand on s’attaque à une bière fruitée. Même chose pour les IPA. Un beau coup de cœur !

Pour plus d’informations : http://brasseriedunham.com

Val Caudalies

Trois amis de longue date (Guillaume Leroux, Alexis Perron et Julien Vaillancourt) ont fondé le vignoble Val Caudalies en 2005. Guillaume et Alexis avaient une expérience acquise dans des vignobles où ils avaient travaillé avant l’acquisition du vignoble. L’endroit, à la base un verger, est un vrai terrain de jeu pour les gars. Ils ont d’abord développé des produits à base de pommes dont leur cidre liquoreux (produit médaillé) en attendant que les vignes soient matures et prêtes à fournir des fruits. Sur le vignoble, ils ont principalement planté du Vidal (70 % des 25 000 vignes) et c’est avec ce cépage qu’ils s’amusent à créer des produits ma foi fort intéressant.

Comme les coproprios ont chacun leur force et forment une équipe du tonnerre, le succès est de mise. Julien développe les produits. Guillaume se concentre plutôt sur la gestion. Tandis qu’Alexis, quant à lui, s’occupe plus des produits disponibles en restauration. Signe de réussite totale ? Leurs produits récoltent sans cesse les honneurs et leur amitié tient toujours la route ! Ha ha ha !

Farce à part, sur le vignoble, on peut faire plus que de boire. On peut pique-niquer, cueillir des pommes et des raisins de table tout en achetant et goûtant les beaux produits au vignoble. On peut aussi cuver un peu le vin englouti en marchant sur le sentier pédestre du domaine de 1,5 km (3 km aller-retour). Pratique non ?

À la découverte de la route des vins Brome-Missisquoi ! Cinq Fourchettes

Parlons vin

Le rosé a été nommé produit québécois par excellence par la Presse. Ce vin est génial pour accompagner le homard. Il est frais, facile et a une couleur hallucinante ! Le rouge quant à lui, qui à l’origine n’était pas dans leur plan de développement, est en production depuis 3 ans. La recette actuelle est une combinaison de Frontenac noir et de Marquette. J’ai été agréablement surprise du résultat puisque les rouges québécois ne sont pas mes préférés. Celui-là est très surprenant. Je le reprendrais avec bonheur.

Mon coup de cœur va par contre au cidre apéritif 10 ans. C’est le plus coûteux de la gamme, mais il est FABULEUX. J’ai acheté une bouteille lors de mon passage et j’ai bien l’intention de le garder que pour moi ! OUI, OUI !

 Pour plus d’infos :  https://valcaudalies.com/

L’orpailleur

L’Orpailleur… comment dire ? J’étais déjà en amour avec la place pour l’avoir visitée à quelques reprises. J’adore leurs produits puisque je les ai achetés à maintes reprises. J’étais heureuse d’y retourner, car l’endroit est splendide et j’aime déambuler dans les vignes et sur le terrain de l’entreprise. Mais, comble de malheurs pour moi, il pleuvait relativement fort lors de notre visite et nous n’avons pas pu profiter pleinement de l’endroit.

Ne pleurez pas pour moi, je ne suis pas inquiète, car je sais que ce n’est que partie remise. L’offre de l’endroit est tellement alléchante, qu’il faut y aller régulièrement. L’Orpailleur n’a pas cette superbe réputation pour rien, les amis.

Ceci dit, ma visite n’a pas été en vain, car ça m’a permis d’apprendre que sous peu l’Orpailleur fera de beaux changements à l’intérieur et j’ai bien hâte de voir le résultat. Malgré ma petite déception de ne pouvoir montrer les lieux à mon frère, j’ai quand même pu avoir du plaisir avec la charmante Edith Ducharme, responsable média de l’Orpailleur.

C’est une femme pétillante et adorable avec qui on a jasé de tout, de rien et bien sûr de vins ! Elle m’a entre autres fait découvrir La Marquise. Produit que je ne connaissais pas malgré mes nombreuses visites. La Marquise, c’est un vin blanc dans lequel on a macéré des agrumes et des épices. Ma foi que c’est bon ! C’est fin, complexe et très doux sans toutefois être insipide. Je suis tombée en amour, mes amis. FOU ! Son prix est d’ailleurs assez dérisoire considérant son goût et son look. Avez-vous vu la belle bouteille ? TROP CUTE.

Habituellement, je quitte l’endroit avec une bouteille de l’Orpailleur Gris et une bouteille de La Part des Anges, mais là, c’est avec la Marquise que j’ai quitté ! J’ai tellement hâte de le travailler et je crois bien qu’Édith aussi a bien hâte que je développe la recette que j’ai en tête. Ça va être fou ! Je vous le dis, on était emballée comme des enfants. Je n’en dis pas plus !

Si vous êtes dans les parages, arrêtez-vous chez l’Orpailleur et profitez-en pour prendre une bouchée bien accompagnée de leur vin ! Plaisir garanti.

Pour tous les détails, c’est ici : https://orpailleur.ca/ 

À la découverte de la route des vins Brome-Missisquoi ! Cinq Fourchettes

 

Pour conserver les idées sur Pinterest c’est par ici : https://www.pinterest.ca/pin/269793833913204232/

 

Décharge : Cet article est commandité par Tourisme Cantons-de-L’Est et Voyage NumeriQc . J’ai été invité pour découvrir la route des vins Brome-Missisquoi. Cependant, les opinions et textes sont les miens et n’impliquent que moi.