Têtes de violon au Pesto

Saviez-vous que, plus jeune, j'étais une virtuose du violon? Si si. En 3e année, ma mère, sous les conseils de Soeur Jeanne, la prof de musique de mon école, m'a acheté un violon. Chaque semaine, j'allais voir Andrée-Anne et elle tentait, avec toute la patience du monde, de m'apprendre les Il était un petit navire et La laine des moutons. Je ne pratiquais jamais, ça me donnait mal au dos pis je faussais tellement que lorsque je sortais mon instrument de son étui, tout le monde s'enfermait dans leur chambre pour ne pas m'entendre. Bref, aucun talent la fille. [...]