Crédit photo : Pierre Beauchemin ITHQ

Je suis allée, lors du festival de Montréal en Lumières, à la rencontre du chef Pasquale Vari afin d’en apprendre plus le Slow Food. Très sérieusement, la première fois que j’ai entendu parler de ce terme, je ne voyais que mijoteuse et petits plats mijotés dans ma tête. Je pensais que c’était une façon de cuire les aliments lentement pour optimiser le mélange des saveurs. J’avais un peu, beaucoup tort. J’ai vite compris que c’était plutôt une mentalité qui se voulait à l’opposé du fameux Fast Food. Une façon de contrer cette industrie du « je mange vite et je mange souvent du n’importe quoi ».

Pasquale nous a donc expliqués les tenants et les aboutissants du Slow Food, un concept né à Rome en 1986. C’est un journaliste en alimentation/critique italien, nommé Carlo Petrini, qui outré par la venue du premier McDonald en Europe, a partie ce mouvement.  Voyant le restaurant de fast food s’implanter devant la mythique Piazza Di Spagna, endroit fréquenté par plus de 3 000 personnes par jour qui s’y installent pour chiller et manger au soleil, il a décidé de manifester à sa façon en fondant le mouvement Slow Food.

Qu’est-ce que le Slow Food ?

C’est un concept prônant le respect du produit dans son entièreté. Pour pouvoir être considéré comme un produit Slow Food, on doit respecter trois grands critères. Il faut que le produit soit BON, PROPRE ET JUSTE. Mais ça veut dire quoi exactement, bon, propre et juste ?

Bon : Le produit doit être goûteux et on doit avoir du plaisir à le manger. Il doit être de saison et respecter la tradition, la culture ou le terroir de l’endroit où il est produit.

Propre : On doit utiliser le moins de pesticide possible dans sa production. Il doit aussi être le plus bio possible et la production doit respecter l’environnement dans lequel il est produit.

Juste : Les gens qui travaillent à sa production (producteur, livraison, marchand, etc.) doivent être payés de façon équitable et à sa juste valeur. Évidemment, pas question d’embaucher des enfants !

Bref, l’organisme à but non lucratif est là pour aider les producteurs membres afin de promouvoir une façon saine de produire nos aliments.  Il compte plus de 15 000 membres, dont 2000 délégués à travers le monde et ce, dans près de 160 pays. Au Québec, nous avons 6 délégués à ce jour présents dans plusieurs régions clé.

Avons-nous des produits canadiens prônant le concept Slow Food ?

Les pains Stonemill, qui font leur arrivée en ce moment au Québec, en sont un bel exemple. Quand la compagnie m’a approché pour développer des recettes avec son pain, j’ai découvert par le fait même un produit vraiment incroyable. Le pain est non seulement goûteux, mais est fabriqué de façon artisanale, ce qui est peu commun pour des pains tranchés se retrouvant sur les tablettes des grandes épiceries.

Le pain est non seulement fait à 100 % de blé canadien, mais il ne contient aucun OGM. Il est fait à base de levain naturel provenant d’Allemagne. Je ne sais pas si vous saviez, mais le levain (sour dough) est un organisme vivant qu’il faut nourrir tous les jours (avec de la farine et de l’eau). Lorsque le pain est fait ainsi (à base de levain), il va « pousser » plus lentement. Le pain est alors un peu plus lourd, car il contient moins d’air. Disons qu’il y a beaucoup d’amour autour de la production des pains Stonemill. Puis croyez-moi, qu’en bouche, c’est du bonbon ! Une belle découverte pour moi. J’ai donc créé en collaboration deux recettes mettant en vedette deux de leur pain, soit le pain blanc et le pain au quinoa et lin. J’ai même poussé le concept Slow Food en utilisant que des produits locaux et/ou de saison pour la conception de mon super sandwich. Du bonheur en bouche ! On oublie trop souvent que manger local, c’est tellement important et tellement plus goûteux! J’espère que vous allez aimer autant que ma familia !

Voici donc mes deux recettes mes petites fourchettes et surtout, bon appétit.

Sandwich croquant au poulet pané


Portion : 1
Temps de préparation : variable selon la cuisson du poulet
Degré de difficulté : facile

Ingrédients :

  • 2 tranches de pain quinoa et lin Stonemill
  • 1 escalope de poulet pané
  • 1/4 de tasse de choux rouge, râpé
  • 1/4 de tasse de carotte, râpée
  • 1 c. table de pesto
  • 1 tranche de fromage OKA
  • 2 tranches de tomates
  • Quelques feuilles de mâches

Marche à suivre :

  1. Faire cuire l’escalope au four selon les instructions du fabricant.
  2. Au choix, griller ou non le pain.
  3. Étendre le pesto sur l’une des tranches.
  4. Monter le sandwich en mettant dans l’ordre sur la première tranche de pain, la salade, les carottes, le fromage, le poulet, les tomates, le chou. Refermer avec la tranche de pain avec le pesto.
  5. Déguster.

Pour conserver la recette sur Pinterest c’est par ici : https://www.pinterest.ca/pin/269793833914154083

Pain doré à la ricotta au sirop d’érable et amandes


Temps de cuisson : 20 minutes

Temps de préparation : 5 minutes

Degré de difficulté : facile

Portion : 8 pains dorés

 Ingrédients :

  • 8 tranches de pain blanc Stonemill
  • Beurre
  • 3 œufs
  • 2/3 tasse de lait
  •  3 c. table de sucre
  • ½ c. thé d’extrait de vanille
  • 45 ml de crème 35%

Pour le mélange de ricotta :

  • ½ tasse de ricotta
  • 1 c. table de sirop d’érable
  • ¼ c. thé d’extrait d’amande

Garniture :

  • Pépites de sucre d’érable au goût
  • Sirop d’érable au goût

Marche à suivre :

  1. Dans un bol, mélanger les ingrédients du mélange de ricotta. Réserver.
  2. Battre les oeufs dans un autre bol.
  3. Ajouter le lait, le sucre, l’extrait de vanille et la crème. Bien mélanger.
  4. Dans un poêlon, faire fondre le beurre.
  5. Imbiber les tranches de pain du mélange d’œufs.
  6. Faire cuire une à deux tranches de pain à la fois dans la poêle et réserver. Répéter pour les autres.
  7. Servir en garnissant du mélange de ricotta, de pépites de sucre d’érable et de sirop d’érable.

Pour conserver la recette sur Pinterest c’est par ici : https://www.pinterest.ca/pin/269793833914154090

 

Décharge : Cet article est commandité par Stonemill. Cependant, toutes les opinions sont les miennes et ne concernent que moi.