Connaissez-vous le dénoyauteur? Cinq Fourchettes
Je vous ai déjà parlé que j’adorais découvrir et acheter des bébelles de cuisine! Vous pouvez d’ailleurs aller lire mon texte sur le beurrier Breton. Des bébelles, j’en ai de toutes les sortes, pour faire de tout et même des fois rien pentoute! Oui, oui, rien pentoute! Vous avez bien entendu! Il m’arrive d’acheter (au grand malheur de chummy) des trucs sous l’impulsion et finalement cette petite gugusse reste à cogiter seule dans son coin de tiroir en attendant LA fois où peut-être j’aurais besoin d’elle! Bref, je me calme avec le temps, en tout cas, dans ma tête dirait mon chéri!
Mon dernier achat fut un dénoyauteur ou plutôt mon dernier cadeau, car il m’a été offert par mon coco à Nowel! Un quoi me dites-vous? Un dénoyauteur mes amis! Je m’en sers principalement pour retirer les noyaux de mes olives entières que j’achète en giga pot au Costco! Extrêmement économique, mais les olives viennent avec des noyaux!
Quoi que la plupart d’entres elles sont mangées ou plutôt grugées directement, il m’arrive de vouloir en mettre dans mes salades et je trouve ça bien désagréable de recracher dans mon assiette des noyaux à côté de ma salade toute fraîche! C’est pas chic pentoute et le risque de se péter les dents est assez élevé!
En plus, pas question de courir à l’épicerie pour 50 ml d’olives comme demandé dans cette écœurante recette de bruschetta! On prends celles qu’on a et en deux secondes, nous avons ce dont on a de besoin pour faire notre recette sans avoir dépenser une cenne d’essence et perdu 15 minutes pour aller à l’épicerie! Efficacité mes amis, efficacité!
Des dénoyauteurs, il en existe de toutes sortes et de tous les prix, mais ici, on a opté pour la version de base, sans fla fla et qui se lave comme un charme. Ce sont souvent les outils de cuisine qui durent dans le temps!
Je vous entends dire: « un outil juste pour les olives? What? Really! ». Ben oui et non. On peut aussi s’en servir pour les cerises fraîches, vous savez ces petits trésors rouges qui goûtent le ciel, mais qui tâchent sans bon sang! J’adore que mes enfants en mangent, mais je déteste le ramassage et le frottage de vêtements qui viennent avec!
Alors, pourquoi ne pas leurs servir un petit plat de cerises déjà dénoyautées et s’assurer que la collation ne vire pas en guerre de crachage de noyaux entre frères et soeurs? Quoi? Ça n’est jamais arrivé chez vous? Ici, plus jeunes, mes petites crapules l’ont déjà fait au même titre que je le faisais aussi jeune avec mes écailles de graines de tournesol! Sûrement un passage obligé chez les Bordeleau! Je vous épargne les détails!
Bref, vous pourrez aussi en profiter pour en dénoyauter plus et en faire une bonne confiture ou une belle tarte qui goûtera le bonheur! Je ne sais pas à quel endroit ils ont acheté le mien et à quel prix, car c’est le père Noël qui me l’a apporté! Secret oblige!
Je vous propose à la place quelques endroits et modèles trouvés sur les z’internets. À vous de voir si cela convient à vos besoins et à la nécessité d’éviter des guerres de crachage de noyaux chez vos marmots!

1. La base

Celui-ci ressemble le plus au mien. Malheureusement, aucun prix n’est affiché sur le site de la quincaillerie Dante, mais il est sûrement abordable!

dénoyauteur de base
 

2. L’incontournable Ricardo

Notre Ricardo national a aussi sa version super stylisée! Avoir vu, j’aurais probablement pris lui, mais juste parce qu’il « fit » dans ma cuisine avec sa petite touche de rouge hihi! Il se détaille à 16,99$.
dénoyauteur Ricardo

 Source : Ricardo

3. Le classique

Je dis classique puisque lorsque je faisais mes recherches web, elles sortaient dans plusieurs magasins dont Sears et Linen Chest pour ne nommer que ceux-là! Le prix variant d’une douzaine de dollars en spécial à 17 $ à prix régulier.
dénoyauteur Linen chest
Source : Linen Chest
Et vous mes chers amis, avez-vous ça chez vous un dénoyauteur?