On m’en avait parlé des Îles. Souvent même. On m’avait dit que l’endroit était fantastique. Les gens encore plus. On m’avait aussi dit que les paysages étaient à couper le souffle. J’écoutais et je trouvais ça beau la passion que les gens avaient pour les Îles-de-la-Madeleine. J’avoue avoir mis la destination dans ma liste de voyages à faire, mais après quelque temps, je suis plutôt allée ailleurs. Là a été mon erreur. Car sérieusement, cet endroit est aussi magique que peint par mes amis, adeptes de l’endroit.

J’aurais dû y aller avant

Quand je repense aux voyages que j’ai faits de trop nombreuses fois aux mêmes endroits, je regrette amèrement de ne pas avoir fait celui-ci à la place. Jamais dans mes voyages, si peu nombreux soit-il, je n’avais expérimenté une plénitude comme celle que j’ai eue aux iles. Si ce n’était de mes enfants, je serais restée sur place pendant plusieurs semaines, à contempler le décor et à tisser des liens avec les gens de la place. Au lieu de ça, je vais m’affairer à vous convaincre de ne pas faire la même erreur que moi ! Il y a tant à faire à longueur d’année, tant à voir et surtout, tant à manger ! MIAM MIAM !

D’ailleurs, la bouffe est importante aux Îles-de-la-Madeleine. Les produits du terroir sont tellement d’exception qu’il faut à tout prix y goûter et surtout en rapporter avec nous pour pouvoir prolonger le plaisir à la maison.

Fruits de mer

Comme toutes les îles du monde, les Îles ont la grande chance d’avoir accès aux trésors de la mer. Le crabe des neiges et le homard sont certes les plus connus et les plus populaires dans la culture gourmande des îles. Les cages servant à la pêche des crustacés font partie du décor. À chaque tournant de rue, on voit des piles de cages prêtes à être utilisées pour la récolte des trésors de l’océan.

Les quais grouillent de vie pendant la saison de la pêche et on serait fou de se passer de cette effervescence. C’est certain que les gens ont tendance à réserver leurs vacances en plein été pour des raisons évidentes de chaleur et de soleil, mais je vous en conjure, essayez la chose pendant la saison de la pêche et vous ne regretterez rien. Il y a quelque chose de magique dans l’air. Voir les pêcheurs partir au large ou encore revenir à quai porter le fruit de leur labeur, c’est enivrant.

C’est d’ailleurs aussi enivrant qu’impressionnant. Ces hommes et femmes travaillent si fort, beau temps mauvais temps pour nous offrir, à nous les gourmands, des produits hors du commun ! J’y ai d’ailleurs mangé mon meilleur homard à vie chez Fruits de la mer Madeleine à L’Étang-du-Nord. Leurs produits, que j’ai rapportés en très grande quantité, sont tellement sur la coche. Difficile de les décrire avec justesse sans leur rendre justice comme il se doit. Je vais donc sous peu (quand j’aurais deux secondes) cuisiner certains produits rapportés pour vous donner encore plus l’envie de vous en procurer. Plusieurs sont disponibles à l’année, même lorsque la saison de la pêche aux homards est terminée ! Aucune raison de s’en passer.

Pêcher le homard

J’ai d’ailleurs eu la grande chance de partir en mer, aux aurores, sur un vrai bateau de pêche en compagnie de Kaven et Jeannot Aucoin à Cap-Aux-Meules. Une expérience unique qui sera gravée à jamais dans ma mémoire. Ces hommes ont eu la grande gentillesse de nous accueillir et de nous montrer comment élastiquer les homards. Ils nous ont laissés les observer pendant qu’ils soulevaient des cages de près de 100 livres à bord du bateau. Ils n’ont presque pas ri en nous voyant reculer devant d’immenses pinces de homard. Ils ont été d’une patience de fou ! Aussi excitant et fascinant ce périple fut, c’était de loin une expérience facile pour nous. On avait qu’à regarder le travail se faire. On avait une eau calme et une température idéale. Ce qui n’est clairement pas la norme. Ils partent souvent en mer dans des conditions exécrables et ce, jour après jour ! J’ai dorénavant un respect sans borne pour ces gens qui travaillent comme des cinglés pour que JE me régale du meilleur homard de l’univers ! OUI OUI ! De l’univers.

Harengs fumés et Ben à Ben *

Tsé, dans la mer, il y a aussi des beaux poissons (et sur terre aussi). C’est au fumoir d’Antan que ma belle gang de fofolles et moi sommes tombées éperdument amoureuses de Ben à Ben * !

*Aux îles, on nomme les gens de la sorte pour pouvoir savoir exactement de qui l’on parle. Pratique quand on veut potiner un brin ! Par exemple : Le Ben à Ben, c’est le fils de Ben et il s’appelle Ben. Moi, je serais la Nancy à Raymond ou l’étrange de Montréal, ça dépend de la vision qu’on aurait de moi là-bas Ha Ha Ha ! C’est cool hein ?

Ce grand gaillard, joyeux comme dix et charmant comme ça ne se fait plus, nous a fait tourner la tête avec ses anectodes et sa passion pour le hareng fumé. Il nous a expliqué les merveilleuses années et les moins bonnes de cette industrie du fumage de hareng présent depuis plusieurs générations aux Îles-de-la-Madeleine. Le fumoir d’Antan a le savoir-faire et la connaissance de 3 générations de Arseneau pour fumer le hareng à la perfection.

Vous pouvez visiter les lieux et le fumoir, mais vous pouvez surtout vous procurer leurs produits qui sont tout sauf banals. Leur saumon fumé est d’ailleurs HALLUCINANT ! Pour en avoir mangé dans l’un des restaurants visités, je vous garantis que vous en aurez des frissons de bonheur. Si j’avais pu en rapporter une caisse chez moi, je l’aurais fait. Mais bon, question de logistique, c’était compliqué ! J’ai par contre mis la main sur une poignée (genre 15e de sachet) de bœuf et de poisson fumé séché. Comment vous dire le bonheur de manger ça ! Mes enfants ont eu un giga coup de cœur pour le jearky de smoked meat ! Juste MIAMMMMMMMMMMM !

Un détour à faire absolument. Vous pouvez même en profiter pour vous faire un petit pique-nique sur le bord de l’eau juste à côté de la boucanerie. C’est un bel endroit pour se poser un peu, sandwich à la main !

Fromagerie Du Pied de Vent

Profitez de votre visite au fumoir d’Antan pour aller vous chercher des fromages à la fromagerie Du Pied de Vent qui est tout près. Cette fromagerie est fantastique. Les vaches, des Canadiennes, sont libres dans les pâturages et clairement bien soignées. En visitant l’étable, j’ai été surprise de voir à quel point les bêtes avaient l’air en santé et bien traitées. C’est rassurant, je trouve, de voir que des producteurs ont non seulement le souci d’offrir un produit de qualité, mais aussi de prendre soin de ses bêtes comme ça !

Faque, j’ai encore acheté une tonne de trucs ! Je ne pouvais faire autrement. La passion que dégageait Dominique lors de notre tour guidé me démontrait encore une fois la passion des gens des Îles. Je vous le dis, j’aurais accepté une demande en mariage on the spot lol Je me suis contentée de rapporter tous les fromages présentés sur l’étalage. Folle de même !

Pour compléter le repas

Maintenant que vous avez du fromage, des fruits de mer et du hareng fumé, il vous faut quelque chose à boire les amis. C’est là que le Barbocheux entre en jeu. Le Barbocheux ? De quesse ? Le Barbocheux est une petite entreprise qui fabrique des spiritueux. Barbocheux tient son nom du terme local barbocher qui signifie : « aller prendre un verre de maison en maison ».

C’est à cet endroit que vous pouvez en autre mettre la main sur de la bagosse, alcool typique des îles. Attention, la bagosse c’est fort ! Allez-y avec modération… ou en taxi ! Cet alcool à base de fruit est tout sauf monotone et vous ne pouvez pas aller aux îles sans tremper au moins une fois vos lèvres dans de la bagosse. Ce serait un sacrilège. En plus, il parait que le proprio est fascinant à écouter. Un personnage comme nulle part ailleurs. Il était malheureusement absent lors de notre visite. Ça ne m’a pas empêché de rapporter une bouteille avec moi dans mes bagages !

Loup marin

On ne peut pas ignorer le loup marin aux Îles. Il faut parti des traditions et il serait bête de ne pas aller à la rencontre de Réjean à la boucherie spécialisée Côte-à-Côte! Réjean est un passionné et si vous avez envie de jaser avec lui, réservez-vous une petite heure. Il est passionnant à écouter ! Comme tous les Madelinots d’ailleurs ! Le temps n’existe pas dans cette région et c’est tellement rafraîchissant ! Je ne m’étendrai pas sur la viande de phoque puisque je vous en ai déjà parlé. Je vous invite plutôt à lire mon billet sur le sujet juste ici  !

J’y retourne demain matin

Il y a tellement à voir et à faire aux îles que je vous prépare deux autres billets. L’un avec quelques adresses gourmandes que j’ai essayées et l’autre avec les activités et les hébergements que j’ai essayés ! Vous savez ce qui est le plus difficile pour moi en ce moment pour l’écriture de ces textes ? Résister à la tentation de me réserver des billets pour y retourner, là, là ! Je vous le dis, c’est magique comme endroit.

CONCOURS partez pour les Îles-de-la-Madeleine

Vous aimeriez vous aussi vivre un beau trip aux Îles ? Grâce à l’Agence de Location des Îles courez la chance de partir pour les îles !
Courez la chance de remporter un voyage de 10 jours aux Îles de la Madeleine d’une valeur de plus de 4500$!

Règlements du concours :

  1. Prenez une photo qui vous inspire les îles sur le thème de « Mon #tripauxiles, 12 mois par année! » (nul besoin d’y voyager) à l’aide du mot-clic#tripauxiles  ou faites-nous parvenir l’image par courriel au concours@tripauxiles.com.
  2. Partagez cette photo sur Instagram Vous pouvez participer jusqu’à 5 fois par jour.
  3. Préparez vos bagages en espérant être l’heureux gagnant pour un #tripauxiles en 2019-2020!

Date limite de participation :

  • 31 mars 2019

Date du tirage : 

  • 3 avril 2019

Pour plus de détails consultez la page : Trip aux Îles

Pour mettre cette destination dans ton album Pinterest de voyage à faire c’est par ici : https://www.pinterest.ca/pin/269793833912667040/

Pour vous donner encore plus le goût :

Je vous laisse ici quelques photos pour vous donner un avant-goût des prochains articles et vous inspirer pour vos photos pour le concours !

 

Décharge : J’ai été reçu par l’Agence de Location des Îles et Voyage numéricQC  dans le cadre de la campagne #tripauxiles. Je n’ai reçu aucune compensation financière.