Source: Favuzzi 

(Par Roch Simard )

Comment on commence ça, une collaboration dans un blogue?  À peu près comme ça :

Roch : Dis-donc, voisine? C’est la deuxième fois que je vois passer ton « annonce » pour des collaborateurs 5F… Je me disais, là, on jase, mettons, un papa de jeunes adultes avec plein de bonnes et moins bonnes habitudes alimentaires et physiques, ça pourrait potentiellement collaborer?

Nancy : Tellement!

Je pense que cinq minutes après, Nancy était assise dans mon salon avec une suggestion pour mon premier article et un tas de conseils.  Elle me connait relativement bien, ma voisine.  On a des enfants du même âge, qui allaient à la même école et elle habite littéralement à deux pas.  Elle sait aussi que j’aime écrire.  Je n’ai jamais « blogué » mais je fais le récit de mes aventures et péripéties des vacances de Noël sur Facebook depuis quelques années.  Disons que ma famille tient un train de vie légèrement intense pendant  cette période festive.  Je bois trop, je mange trop et je ne dors pas assez.  C’est un comportement plutôt commun à tout le monde pendant les Fêtes sauf que moi, je le fais pendant 12 jours consécutifs, sans pause.  À la fin, j’ai presque hâte de retourner travailler.

Je n’ai donc pas été très surpris de voir Nancy arriver avec une boite contenant de l’alcool.  Ça tombe passablement dans mes cordes.  Ça, c’était le mardi.  Croyez-le ou non mais je bois assez rarement la semaine et je ne voulais pas simplement ouvrir la bouteille juste parce que je l’avais.  Je préfère avoir une occasion pour boire : Des amis, un repas, une fête, etc.  Je n’ai jamais l’idée de prendre un verre en arrivant à la maison après une dure journée de travail, pas s’il n’y a pas une occasion en bonne et due forme.  Après, les occasions, ça se crée …

 

Fêtons …

Je n’ai même pas eu besoin d’une excuse.  Ma chérie et moi fêtions nos 23 ans de mariage ce weekend (Désolé mesdames, je suis pris).  S’il existe une bonne raison pour célébrer, c’est bien celle-là.  Après une journée de dimanche maussade de mars, il fallait se faire un souper digne de l’événement.  Il allait y avoir le vin mais quoi d’autre?  On n’avait rien préparé, rien sorti du congélateur, paresse du dimanche exige.  C’est dans ces situations où il faut être imaginatif un peu.  Dans la boite à surprise de Nancy, il y avait effectivement du vin mais aussi de l’huile d’olive.  Pourquoi ne pas faire d’une pierre deux coups et tester les deux produits à la fois? 

Je suis un fan de bonne bouffe.  J’aime y penser, la faire, la consommer et j’aime aussi tout ce qu’on peut trouver sur les médias concernant la nourriture.  Et bien j’ai trouvé sur un média qu’on ne nommera pas (YouTube) un gars nommé Babish qui s’amuse à faire des recettes qu’on voit au grand écran.  Dans un épisode particulier de sa série, il fait un plat qui s’appelle Pasta Aglio e Olio du film « Chef ».  C’est d’une simplicité désarmante, un total de 6 ingrédients (dont de l’huile d’olive) et un gros 15 minutes de travail.  Et c’est bon!  C’est un de ces plats où le résultat dépasse largement la somme de ses composantes.

Source: Favuzzi 

Qui dit que ça doit être compliqué

Je vous fais grâce des détails de la recette.  Vous pouvez, comme moi, aller voir Babish la faire sur le média dont on taira le nom (YouTube).  Toujours est-il que, sans vouloir vendre le punch, des pâtes à l’ail et à l’huile, ça prend des pâtes, de l’ail et de l’huile.  C’est de l’huile El Bonhomme de la compagnie Favuzzi que j’ai eu le bonheur d’avoir sous la main.  Si vous êtes intéressés, toute la fiche du produit est en ligne. Sur le site on fait aussi état du parcours très intéressant de Nathalie Bonhomme, bonne québécoise, qui est allée s’établir en Espagne pour nous concocter des produits que j’ai eu la chance de tester.  L’huile est riche, foncée et goûteuse.  Faut savoir que je ne suis pas très bon pour décrire des saveurs.  En fait, je suis même mauvais.  Mais je sais ce que j’aime, et celle-là, je l’ai aimée.  C’est exactement ce que ça me prenait pour mes pâtes.

Informations sur le produit:

  • Huile D’Olive Extra Vierge El Bonhomme
  • Espagne – Sierra Subbetica
  • Olives : Hojiblanca, Picual et Picudo
  • Extraction à froid
  • Producteur : Les Vins Bonhomme
  • Format : 500 ml

Source: Importation Épicurienne

 

Parlons de Beau Bonhomme (je parle du vin là)

Avec ça, j’ai évidemment servi notre vin, un autre produit élaboré par notre même artisane.  Il se nomme le Beau Bonhomme.  La SAQ fait un bien meilleur travail que moi pour décrire le vin. Donc voici le lien si vous désirez une description de sommelier.  Pour ma part, je retiens un seul commentaire de Philippe Lapeyrie : Un p’tit 20$ bien investi.  C’est un vin biologique qui se défend très bien.  L’ail et le piment broyé contenus dans mon plat ne l’ont pas enterré du tout.  Il a accompagné notre souper d’anniversaire de manière magistrale.

Informations sur le produit:

  • Vin rouge organique Beau Bonhomme bio
  • Espagne – Murcia – Jumilla Do
  • Cépage : 100% Monastrell
  • Alcool : 14.5%
  • Millésime : 2016
  • Producteur : Les Vins Bonhomme
  • Format : 750 ml

Et là, pour finir, forts de notre belle escapade en méditerranée pour le plat principal, nous sommes revenus dans le local pour dessert avec des biscuits aux pépites de chocolat préparés par mon fils et sa copine.  Comme quoi on peut sortir le gars du Québec mais on ne pourra jamais sortir le Québec du gars. 

Merci à Madame Bonhomme pour les bons produits et merci à Madame Bordeleau pour l’opportunité de les essayer.  À bientôt, peut-être (NDE il est clair qu’on va te relire).

 

Décharge : Merci à  Importation Épicurienne pour les découvertes ! Nous n’avons reçu aucune compensation financière pour ce texte. Les opinions émises sont les nôtres. 

 

Le Nouveau Bonhomme et son vin bio… / Cinq Fourchettes