La semaine de relâche, c’est une semaine de bonheur pour les enfants et souvent un casse-tête pour les parents. Certains parents réussissent à prendre congé en même temps que leur marmaille. C’est vraiment génial. Tandis que d’autres n’y arrivent tout simplement pas. Leur emploi ne leur permettant malheureusement pas de prendre ce moment avec leurs enfants…

Dans mon cas, je continue de bosser un peu en me gardant des petits moments avec eux, mais il m’arrive de me sentir coupable alors que je ne devrais pas. Je le sais que je ne suis pas la seule ! Saviez-vous que, selon un sondage commandé par Catelli,  près de la moitié de parents (42 %) se sentent coupables de passer du temps sur leur téléphone/ordinateur quand ils sont près de leurs enfants et de ne pas leur accorder assez d’attention (46 %) ? C’est quand même assez troublant. Je me rappelle quand j’étais petite, ma mère n’était pas collée sur moi tout le temps. Je dirais même que je jouais plus souvent seule ou avec mes frères qu’avec elle. Je ne sais pas ce qui est arrivé entre ce moment et aujourd’hui pour que les parents se mettent autant de pression ! Je me dis que notre travail ce n’est pas « GO », mais bien parent ! Il faut arrêter de se mettre autant de poids sur les épaules.

Un répit pour nous aussi

Bref, j’ai envie de vous dire que ce n’est pas vrai que je suis tout le temps avec mes cocos pendant la relâche. Puis que ça m’arrive aussi de les envoyer dehors afin d’avoir la sainte paix. Ça m’arrive aussi d’enfiler des écouteurs sur mes oreilles avec ma musique afin de ne pas écouter les bruits de leurs maudits jeux vidéo. Je prends même des fois un petit café bien au chaud en les regardant jouer dehors ! Ben oui ! Ce n’est pas ça la relâche ? La relâche veut dire, arrêter, non ? Je ne dis pas de rien faire avec eux.  Si on a envie de faire une activité, go mon ami, je t’encourage, mais si on ne peut pas ou qu’on ne veut pas, c’est correct aussi ! Vous savez les enfants, ils ne demandent que des moments ici et là, pas une présence 24 heures sur 24. Même qu’adolescent, il préfère le contraire ! Croyez-moi ! Ha ha ha !

En plus, le plus grand bonheur de ne pas aller à l’école c’est de flâner en pyjama toute la journée, se lever beaucoup trop tard et faire ce qui nous tente ! Non pas d’avoir une version parentale de nos enseignants ! Le bonheur c’est aussi de se coller sur le divan, faire des pirouettes dans la neige ou jouer à un jeu de société. C’est d’aller dehors jusqu’à ce que le soleil se couche et que nos joues soient toutes roses (avec ou sans parents). Moi, je me dis que tant que nous nous retrouvons le soir autour d’un bon repas, tout va bien aller.

Faire plaisir sans chichi

D’ailleurs, afin d’optimiser ce moment « retrouvailles », je leur prépare des repas qu’ils adorent, qui ne demande presque pas de vaisselle, ce qui me permet de décrocher du boulot avec eux le soir au lieu de frotter des chaudrons. C’est de ça qu’ils se souviendront, de ces petites attentions sans artifices. Je suis certaine que même si vous faites des culbutes de fou pour les impressionner, c’est de ces petits moments privilégiés qu’ils se souviendront. C’est des moments où tout le monde riait autour de la table ou de ces petits câlins sur le divan après un bon repas ! C’est ça la vraie vie !

Arrêtons de se culpabiliser un peu. Optons pour la simplification des tâches ! Je le sais que vous aimez ça, tout comme moi, puisque lorsque je vous propose des recettes simples, avec moins de vaisselle, vous êtes nombreux à me lire. Je vous comprends totalement ! Faire le souper jour après jour, c’est éreintant. Pour vous donner une petite chance, surtout pendant la relâche, je vous propose donc une belle recette : un One Pot Pasta à la façon tacos ! Les enfants vont adorer et ce plat sera super rassasiant surtout après qu’ils aient dépensé plein d’énergie dans la neige. Je choisis souvent les pâtes Catelli Smart parce qu’elles ont un bel apport en fibres ou les Catelli Smart aux Légumes pour apporter une petite dose de légumes supplémentaires. Peu importe mon choix, je m’assure qu’ils aient un repas équilibré au moins une fois dans la journée !  Parce qu’à la relâche, on laisse aussi un peu aller les choses côté repas et c’est correct ainsi. J’espère que vous aimerez !

One Pot Pasta à saveur de tacos


Portions : 4



Ingrédients

  • 2 c. soupe d’huile
  • 1 livre de bœuf haché
  • 4 c. table d’assaisonnement à tacos
  • 3 tasses d’eau
  • 1 tasse de salsa médium
  • 1 paquet (375 g) de rotinis Catelli Smart®
  • 1 tasse de maïs en grain
  • 1 tasse de haricots noirs, égouttés et rincés
  • 3 tasses de fromage râpé tex-mex
  • Sel et poivre

Marche à suivre : 

  1. Dans un poêlon, faire brunir la viande.
  2. Ajouter l’assaisonnement à tacos et bien enrober.
  3. Ajouter l’eau, la salsa et les pâtes.
  4. Porter à ébullition.
  5. Réduire le feu à médium et couvrir.
  6. Cuire pendant 15 minutes ou jusqu’à ce que les pâtes soient cuites.
  7. Ajouter le maïs, les haricots et le fromage.
  8. Bien mélanger.
  9. Chauffer jusqu’à ce que le fromage soit bien fondu.
  10. Saler et poivrer, au goût
  11. Vous pouvez servir avec du jus de lime, de la coriandre ou des morceaux d’avocat.

Bon appétit à tous ! Pour d’autres recettes, je vous invite à consulter le site www.catelli.ca/fr/la-cuisine/. Vous y trouverez de superbes recettes faciles et goûteuses à faire pendant la relâche.

Entre-temps, j’ai envie qu’on se donne un défi ? Arrêtons de se culpabiliser un peu. Arrêtons de se taper sur la noix ! On est tous des humains qui font de leur mieux ! Vous embarquez avec moi ?

Partagez vos idées en utilisant le mot-clic #VraieVieVraieBouffe . Vous pouvez même rigoler un peu en lisant les anecdotes et les histoires des autres parents sur le site, juste ici !

 

D’ailleurs, Catelli vous offre la chance de gagner un souper avec Martin Juneau d’une valeur de 3500$ ! Il suffit de partager vos expériences en utilisant le #VraiVieVraieBouffe et d’insérer vos photos de la vraie vie sous la publication du concours sur Facebook . Tous les détails, juste ici.

 

Décharge: Ce texte est commandité par Catelli. Les idées et les opinions émises sont toutefois les miennes.