J’ai été pas mal tranquille sur le blogue pendant le temps des Fêtes. J’avais besoin de décrocher et de réfléchir à l’avenir de Cinq Fourchettes. 

C’est que depuis quelque temps, des gens s’approprient mon matériel, mes photos, mes idées, mes recettes, mon nom même sans daigner m’avertir. 

Ça vient d’arriver. Une amie m’a partagé le statut d’une wannabe qui a copié une de MES recettes avec MA photo sur sa page Facebook. Une autre, avant Noël, a été stupéfaite de se rendre compte que quelqu’un avait parti un blogue de recettes appelé Cinq Fourchettes! Ça s’invente pas!

Sérieux, pourquoi tu fais ça? C’est fâchant. C’est désolant et tu me fais pitié. 

Le respect, votre mère ne vous en a jamais parlé? Le savoir-vivre, on ne vous a jamais appris ça? L’intégrité, ça ne vous rend pas fière de vous?

Fille, on ne vole pas les recettes et les photos des autres blogueuses pas plus que tu copies le CD de Safia Nolin, que tu enregistres un film au cinéma avec ton cell ou que tu photocopies un livre d’Anaïs Barbeau-Lavalette. 

Pourquoi je ne veux pas qu’on vole mon stock? Parce que ça coûte cher runner un blogue de cuisine. Tu sais, l’hébergement d’un site web c’est pas gratis. Facebook me gruge un bon montant chaque mois pour diffuser mes posts. Le matériel qu’on utilise pour mettre en scène nos recettes ne tombe pas du ciel. La graphiste qui travaille pour moi ne le fait pas pour des peanuts et je vous jure que l’essence que je mets dans mon auto pour me rendre aux évenements n’est pas commandité par Esso. 

Je ne suis pas Marilou ou Ricardo. Je ne runs pas à 4 millions de pages vues par mois et mon banquier pourra vous confirmer qu’il ne rentre pas dans les six chiffres dans mon compte par année. 

L’argent que je gagne en bloguant versus celui que je dépense en bloguant, ben c’est pas mal kif kif. 

Vous voulez tout savoir? En décembre, Google m’a versé 63.16 $ en publicité. Sheblogs, mon autre régie publicitaire m’a signé un chèque de 98 $. Faque tu t’imagines que chaque fois que je me fais voler une recette les revenus que je perds? J’en ai tellement pas beaucoup, laissez-les moi.

Ça me déprime en cri** tout ça. 

Mes conseils pour les wannabe blogueuses

Je sais que le métier de blogueuse en attire plus d’une. Ça l’air cool l’idée de faire ce travail. C’est hot quand on regarde des blogueuses partir à l’étranger tout frais payés, être invitées au resto sur le bras ou savoir qu’elles reçoivent un chèque pour écrire un texte. 

Mais, elles ne l’ont pas volé. Ça n’est pas tombé du ciel. Ce n’est pas un concours qu’elles ont gagné. 

Elles ont (et J’AI) travaillé en chien pour y arriver. Les soirs, les matins, les week-ends, les congés… Nous avons travaillé avec INTÉGRITÉ, SAVOIR-VIVRE, RESPECT et RESPONSABILITÉ et ça a fini par payer. 

Et sache fille que je ne suis pas arrivée à 42 000 fans sur Facebook et 100 000 pages vues par mois en :

  • piquant des idées aux autres
  • en inventant des faux concours
  • en mentant sur mes statistiques
  • en m’appropriant du matériel qui ne m’appartient pas
  • en payant pour avoir de faux likes
  • en participant à des groupes de commentaires

Si c’est la voie que tu empruntes, laisse-moi te dire fille que tu vas te planter. Personne n’est dupe. Ça va te revenir dans face comme un coup de pelle. 

Voilà. 

Merci Josiane pour l’idée du titre. 😉