Petite, même jeune adulte, je n’avais jamais vraiment rêvé de vivre en campagne. L’odeur des vaches, les coins reculés, la noirceur le soir (j’te jure, y fait noir en titi sans lampadaire en campagne!), le jardinage, ça ne me branchait pas pentoute! Je croyais sérieusement que seuls les retraités voulaient vivre en campagne!On a longtemps été plus citadin que la moyenne. Je me rappelle encore la fois où fiston, qui avait 5-6 ans, me lançait à la vue d’une grosse vache en plastique devant une ferme laitière « Hey, regarde maman, un magasin de vache! ». Dès ce moment, je me suis dit  » Oh boboy, il faut vraiment éduquer ces jeunes à ce qu’il se passe hors du bitume des villes! »
 

Nous avons donc commencé à profiter de la journée portes ouvertes des fermes du Québec pour s’évader et montrer à notre marmaille d’où venait ce qui se trouve dans leurs assiettes. Grand fiston, alors âgé de 8 ans, a compris rapidement car lorsque le fermier a osé demander aux enfants s’ils avaient des questions au sujet de la ferme, fiston lança « Ça donne combien de hamburger ce boeuf là? ». Way to go mon fils!

 

Chaque fois qu’on visitait une ferme, on se retrouvait ressourcés et la petite « vlimeuse » d’envie de campagne s’immisçait en-dedans de nous! On s’entend, je ne rêve pas d’élever un troupeau de vache! J’ai vu le travail colossal qui est fait par les producteurs et je ne crois pas être assez lève-tôt pour faire une bonne fermière! Ça travaille fort ces gens-là, c’est pas croyable! #Respect!

 
 
 

Malgré tout, la citadine en moi a tranquillement commencé à jardiner avec l’aide des conseils de sa mouman. Un petit carré, puis deux petits carrés puis un coin de cour au complet puis … ô surprise, une envie de campagne se dessine!C’est insidieux la campagne, ça t’attire sans même que tu t’en rendes compte! Crise de la quarantaine? Envie d’un jardin plus grand? Désir de tranquillité? Je ne saurais dire, mais quel bien être cela me fait que d’aller me promener en campagne. Et selon certaines de mes amies qui y habitent, c’est un mode de vie plus qu’extraordinaire!

 

J’y suis allée encore la semaine dernière après avoir reçu une invitation pour le blogue de la part de la belle Julie Aubé auteure du superbe livre « Prenez le champ!« . Un beau recueil pour les amateurs de produits du terroir et des balades gourmandes! Une panoplie de circuits sont proposés afin de vous faire découvrir les producteurs d’ici, et ce, par région. Bref, l’idée d’aller couper ma semaine en deux pour visiter des fermes dans Lanaudière, c’était gagnant pour moi ! D’ailleurs faut le dire, j’ai saigné mon portefeuille parce que les producteurs font tellement de beaux produits, que je n’ai pu résister et j’ai pas mal dépensé! 

 
 
 
Pour cette occasion, Julie avait fait appel au service de deux femmes entrepreneures (propriétaire du Tortillard gourmand) qui œuvrent dans le domaine des escapades gourmandes. Le tortillard offre des tournées à bord de leurs petits autobus pour vous faire découvrir ce qu’il y a de mieux dans la région de Lanaudière. Dégustations, rencontres avec les artisans, découvertes de paysage à couper le souffle et historiques de la région et de ses producteurs.  
 
Nous avons eu droit à la visite des sites suivants qui offrait chacun un attrait gourmand et humain différents! En voici un petit aperçu:
 
 

Tenue par 2 frères passionnés, cette ferme offre un lait sans hormones, sans pesticides et sans antibiotiques ainsi que des fromages et yogourts sans agent de conservation, sans colorants ou additifs artificiels. Leurs produits sont tout simplement délectables. J’ai littéralement empêché mes enfants de toucher au yogourt parce que je le voulais pour moi seulement! Égoïste de même la mère!Je me suis rattrapée en leur achetant un lait au chocolat qui ne s’est pas fait prier pour être bu en un temps record! Mon coup de coeur est difficile à déterminer, mais le yogourt et le fromage à la ciboulette se livrent une chaude lutte! Une place à visiter! C’est impressionnant de voir les vaches aller d’elles-mêmes dans la trayeuse lorsqu’elles en ont de besoin! C’est tellement respectueux comme procédé, je suis en pâmoison. Les produits sont disponibles chez quelques distributeurs, allez visiter leur site pour en connaitre les emplacements.

 
 
 
 
Tout d’abord touchée par leur histoire de persévérance face à l’effondrement récent de leurs grange, je suis tombée sous le charme de la pétillante propriétaire et de son mari.Ils ont des étoiles dans les yeux et une passion qui rayonnait parmi les visiteurs. Leurs belles chèvres étaient d’ailleurs adorables et posaient pour ma caméra comme des super stars! J’ai comme eu un coup de coeur! Biquette m’a brisé le coeur! Bon c’est sûr qu’elles finiront en saucisses, en bacon ou en morceau de viande (dit de même c’est dégueux) mais que voulez-vous, c’est si bon le chevreau! Un détour nécessaire!
 
 
 
Vous connaissez surement les produits Cuisines Poirier. Ceux-là même qui sont derrière les excellentes mayonnaises dont celles de Geneviève Everell de Sushi à la maison? Ils offrent une panoplie de produits passant de la fameuse mayo, le cidre, les produits de l’érable et l’huile de canola! Soit dit en passant, leur huile de canola torche mes amis! On ne parle pas ici de la même huile que celle achetée en bidon à l’épicerie, on parle ici d’un produit fin qui est délicieux! Cette ferme doit être magnifique à visiter dans le temps des pommes! Le paysage y est à couper le souffle!
 
Wow, quel endroit magnifique! Des bâtiments à couper le souffle, une vue sur le vignoble imprenable et une générosité dans le partage de leur domaine  avec le public hors du commun. Les propriétaires offrent aux visiteurs l’accès à 4 km de sentier, une exposition de plus de 120 tracteurs antiques et la visite de leurs cave à vin et ce tout à fait gratuitement! Vous pouvez même pique-niquer sur place sans frais! Un endroit à visiter avec ou sans les enfants! 
 
Je vous invite d’ailleurs que ce soit avec le Tortillard gourmand ou par vous-même, à prendre la route des champs cet été et d’aller faire un petit coucou à nos producteurs. Encouragez-les, achetez des produits du terroir et contribuez à la survie de ces joyaux québécois! Profitez des portes ouvertes des fermes du Québec pour apprendre à vos cocos d’où provient toute cette bonne nourriture qu’ils dégustent jours après jour! Ça nous fait prendre l’air de toute façon, on en a tous besoin de temps à autre!